Réalisation : Michael Cooney

Année : 1996

Genre : Horreur

L'histoire : Un tueur en série s'apprette à être exécuté à quelques jours du réveillon de Noël. Mais, un accident de voiture le transforme en créature plus impalpable que l'eau et aussi mortel qu'un pic à glace. Le tueur n'a alors plus qu'un objectif : se venger du shérif qui l'a fait arrêter. Certains s'apprettent à vivre des fêtes de fin d'années très particulières.

La Critique De Titi70 :

Alors que la plupart d'entre vous s'apprettent à passer dans quelques heures un réveillon que je vous souhaite agréable (pour votre serviteur, ce sera en famille), j'ai choisi de vous parler d'un de mes films de Noël préféré au point de le passer quasiment chaque années sans jamais m'en lasser. Il s'agit de Jack Frost.

Je vous rassure, rien à voir avec le navet mettant en scène Michael Keaton. Il s'agit ici d'un authentique film mélangeant l'horreur à la comédie. Un pur nanar totalement déjanté et très drôle.

 

Sans titre-1 copie

 

Ca commence avec un générique nous détaillant des décorations de Noël, tandis qu'en voix off, on entend un grand père raconter une histoire effrayante à sa petite fille.

Il s'agit de l'histoire d'un tueur nommé Jack Frost. Un psychopathe extrêmement prolifique puisqu'il accumule un total de 38 victimes, jusqu'au jour ou sa route croise celle d'un modeste shérif de province qui, intrigué par le comportement du bonhomme, l'arrete et finit par devenir un héros national, tandis que Jack Frost subit son procès ou il est condamné à la peine de mort.

A l'approche des fêtes de fin d'années, deux agents escortent le tueur jusqu'a sa dernière demeure, sauf qu'un accident de voiture change radicalement les choses.

A cause d'un liquide expérimentale, Jack Frost voit son corps se dissoudre et fusionner avec la neige. Il devient alors une créature capable de se mouvoir dans ce manteau blanc et apparaître en bonhomme de neige pour continuer à tuer.

Poursuivis par un agent et un scientifique, le tueur se dirige vers la petite ville dirigé par le sherif qui l'a interpellé, et contre qui Jack Frost compte bien se venger.

 

Sans titre-2 copie

 

Le cinéma de genre nous a souvent offert des tueur ayant des formes parfois farfelues, allant de la poupée au bonhomme en pain d'épice, mais, jusqu'en 1996, personne n'avait encore osé inventer un bonhomme de neige assassin.

Un concept totalement secoué du bulbe surement né dans une soirée bien arrosé avec des types qui ont du prendre je en sais quel substances.

Autant dire qu'avec un réalisateur se la jouant sérieux, Jack Frost serait très vite devenu un gros navet, sauf que les responsables du film ont parfaitement compris que le concept était limité et pas franchement crédible.

C'est en grande partie ce qui fait la force du film, ne jamais traiter le sujet autrement qu'un bon gros délire qui ne se prend pas la tète. A partir de la, bienvenus dans un vrai festival empilant les idées folles (la femme se faisant assassiner à coup de boules de Noël, ou l'adolescente se faisant tripoter sous la douche par le gros bonhomme de neige).

Pour rajouter à notre bonheur, notre tueur en série est un véritable adepte du bon mot et la blague qui tue ("c'est pas bon de fumer trop de hache"lance t il après avoir tué un homme en lui enfilant justement sa hache dans la bouche).

Personnellement, une de mes scènes préféré est lorsque Jack Frost répond à celui qui demande qui est la, "En tout cas, c'est pas cette enfoiré de Nounours". Je m'en voudrais également de ne pas mentionner le fameux passage ou le shérif brandit un sèche cheveux comme arme contre Jack Frost ou ce magnifique "il est vraiment temps de finir ce film".

Jack Frost rèste une série Z bien secoué, pas forcement bien joué, ni bien réalisé, mais, qui procure un plaisir évident à ne jamais vouloir se prendre au sérieux. En bref, un de mes films culte de Noel.