Réalisation : Tony Scott

Année : 2009

Genre : Action

L'histoire : Un aiguilleur du métro à New York se retrouve en plein cauchemar quand un criminel aussi intelligent qu'audacieux, prend en otage la rame et ses passagers. Entre les deux hommes commence un incroyable bras de fer. Chacun a des atouts, chacun a des secrets, et le face-à-face risque de faire autant de victimes que de dégâts.

La Critique De Titi70 :

Remake du film Les Pirates Du Métro, un classique des années 70 qui fut d'ailleurs une des sources d'inspiration de Quentin Tarantino pour Reservoir Dogs, L'Attaque Du Métro 123 est l'occasion pour Denzel Washington  et Tony Scott de se retrouver pour la quatrième fois. En outre, le regrétté cinéaste collaborent pour la seconde fois avec Brian Helgeland qui avait déja signé le scénario de Man On Fire. Pour son plus grand plaisir, John Travolta accepte le rôle du méchant de service, l'acteur confiant que le fait de ne pas jouer les gentils permet d'ètre plus libre au niveau de la composition.

Au coté du duo de comédiens, on trouve notamment John Turturro, James Gandolfini, Luis Guzman et Michael Rispoli.

L'histoire est assez simple et propice à un festival d'action et de tension. Walter Garber est un employé au réseau du métro de New York. Il effectue son service quand un homme qui se fait appeler Ryder prend contact avec lui et explique avoir pris en otage les passagers de la rame 123. Le preneur d'otage exige une grosse somme d'argent auquel cas il executera un otage toutes les heures.

Comme vous pouvez le voir, la trame est simple, mais, Tony Scott et le scenariste vont progressivement orchestrer un jeu du chat et la souris ou, chose rare, le héros, Walter, n'est pas un homme innocent, puisqu'on découvre qu'il à été mit à ce poste en attendant d'ètre licencié, à cause d'une histoire de pot de vin qu'il avoue avoir accepté pour payer les études de ses filles.

Finalement, Ryder et son ennemi sont loin d'ètre aussi different qu'il n'y parait, pour autant, le comportement de Walter est au final celui d'un héros. Dans le rôle titre, Denzel Washington est relativement juste tandis que John Travolta semble vraiment s'éclater et en fait parfois des caisses dans le personnage de Ryder.

Le long métrage permet également d'apprecier la prestation de James Gandolfini en maire ayant egalement des casseroles au fesse et John Turturro en négociateur qui se fait envoyer bouler par Travolta (un grand moment). 

Avec L'Attaque Du Métro 123, Tony Scott ne bouleverse pas le genre, mais, nous offre un divertissement honorable et bien troussé. Classique, mais, éfficace à condition de faire l'impasse sur certains tics de mise en scène propre au cinéaste et qui peuvent éventuellement agacer.