Attention, je vais aborder dans ce dossier cinématographique une mode qui ne date pas forcement d'hièr, mais, divise toujours autant les opinions, celle des remakes.

Je tiens tout de suite à prévenir que je ne vais aborder ici que les relectures et non ce qu'on pourrait considérer comme des dérivés que sont les Prequelles ou les Reboot.

Si l'on reprend la définition exacte d'un remake, le terme signifie en français Refaire. Il s'agit donc d'une oeuvre adapté d'une autre déjà existante et non d'une adaptation comme celle provenant de série télé et qui deviennent des films.

Si cet pratique est surtout utilisé dans le cinéma Américain, il ne faudrait pas croire que ce sont les seuls à l'utiliser puisque nous autres, français, avons aussi signé quelques remakes.

les-remakes_1_629254 les-remakes_2_629254

On pourrait citer en 2004 Double Zéro de Gerard Pirès avec Eric Et Ramzy qui s'avère être "inspiré" du film signé en 1985 par John Landis, Drôles D'Espions. Il y a également la même année De Battre Mon Coeur S'Est Arrêté signé Jacques Audiard et qui est le remake de Melodie Pour Un Meurtre avec Harvey Keitel.

Les Italiens s'y sont déja frotté avec le remake de Bienvenu Chez Les Ch'tis qui devient Bienvenuti Al Sud, grillant ainsi celui que les Américains devait faire avec Will Smith.

les-remakes_3_629254 les-remakes_4_629254

Mais, comme je le disais plus haut, Hollywood reste champion pour "adapter" des films déja existants ou provenant d'autres pays. En ce qui concerne la politique Américaine cinématographique en vigueur, les dirigeants de studio restent persuadé que les jeunes ne regardent pas ce qu'ils qualifient de vieux films, donc, des oeuvres qui dépassent les 20 ans d'age.

C'est ainsi qu'on se retrouve régulièrement avec des nouvelles versions d'oeuvre existante. En 1954, Georges Cukor signe un des premier remake avec Une Etoile Est Née, relecture du film de 1937 ou il magnifie Judy Garland.

Bien des années plus tard, en 1982, on pourrait citer The Thing, remake par John Carpenter de La Chose D'Un Autre Monde d'Howard Hawks. Le film de Big John bénéficia d'ailleurs d'une nouvelle relecture sous forme de prequelle l'année dernière.

En 1991, Martin Scorcese signa le remake des Nerfs A Vif ou Nick Nolte et Robert De Niro succedaient à Gregory Peck et Robert Mitchum qui interprètent les mêmes rôles en 1961 tandis qu'un an plus tôt, le maquilleur Tom Savini offrait sa version de La Nuit Des Morts Vivants, le film culte de Georges Romero.

Comme la plupart le savent, cette habitude, encore une fois, surtout Américaine ne concerne pas uniquement la production cinématographique du pays surtout lorsque l'on sait que les oeuvres étrangères ne sortent pratiquement pas dans le pays ou alors de manière la plupart du temps confidentiel.

les-remakes_5_629254 les-remakes_6_629254

En témoigne des oeuvres comme M de Joseph Losey, remake du film Allemand M Le Maudit, L'Homme A la Chaussure Rouge, relecture du Grand Blond A La Chaussure Noire, Trois Homme Et Un Bébé d'après le film de Coline Serrault Trois Homme Et Un Couffin, The Ring, relecture du film éponyme d'Hideo Nakata, True Lies d'après le film La Totale, Les Infiltrés ou Martin Scorcese signe son second remake avec ce remake d'Infernal Affairs, En Quarantaine, relecture de Rec, et j'en oublie.

Évidemment, impossible de citer toutes les oeuvres tant elles sont légion. Parfois, ses nouvelles versions sont couronnées de succès et parfois, elle ne s'avèrent être que des gros navets. Tout dépend des initiateurs de ces nouveaux projets et de leur talents.

Pour moi, un remake s'avère réussi quand il ne recopie pas bêtement le film original, mais, y apporte des idées propres. Dans cette optique, Psycho, la relecture du film Psychose d'Alfred Hitchcock, est l'éxemple type du remake inutile puisque se contentant de reprendre plan par plan le film original. A l'Inverse, L'armée Des Morts, nouvelle version de Zombie, est un très bon remake puisqu'il ne garde que quelques éléments du film original pour développer sa propre histoire.

En ce qui concerne les projets en cours, autant dire cette mode n'est pas prete de s'arreter, au risque parfois d'agacer. Ainsi, on a eut droit lannée derniere au  remake du Total Recall de Paul Verhoeven ou Colin Farrell et Kate Beckinsale succède à Arnold Schwarzenegger et Sharon Stone, une relecture que je n'ai pas encore vu, mais, que je redoute fortement surtout au vu des critiques assassines (Je me rassure en me disant que si Farrell se prend un coup de genoux dans le valseuses de la part de Beckinsale à la manière de Schwarzy dans l'original, ça peux être drôle).

Dans quelques mois sortira également le remake du classique de Sam Raimi, une relecture attendu et redouté dont la bande annonce lorgne plus vers l'ambiance du Cabin Fever d'Eli Roth que du coté du film original. Après la bonne surprise que fut la nouvelle version de Maniac, l'éspoir est tout de mème permis.

Pour les prochaines relectures, sont ainsi envisagé (en sachant que certains sont déja en tournage) les nouvelles versions de Poltergeist, Scarface (avec une B.O 100 % rap, j'en connais qui ont hate), Highlander, Dirty Dancing, La Horde Sauvage, Blade Runner, Bonnie And Clyde ou encore Point Break et Ca de Stephen King.

Enfin, je m'en voudrais de terminer cette article sans parler de la contimation qui à eut lieu du coté de l'asie. Car, nos amis Nippons se sont mis, eux aussi, au remakes. Il y a notamment celui du premier Paranormal Activity dont je vous parlerais le mois prochain sur ce blog. Mais, les japonais font aussi des remakes de leurs propre film et notalent Takashi Miike qui à signé 13 Assassins et Hara Kiri - Mort D'un Samouraï.

Autant dire que cette mode n'est pas prète de s'arreter, pour le meilleur et le pire.