Réalisation : Toshikazu Nagae

Année : 2011

Genre : Horreur / Epouvante

L'histoire : A Tokyo, un frère et une sœur sont confrontés à d'étranges phénomènes, centrés autour de la jeune femme. Le garçon décident de filmer les événements...

La Critique De Titi70

Et c'est repartit pour un nouveau volet de la saga Paranormal Activity, enfin, pas exactement, car, après le succès du premier film de la saga Américaine, des producteurs Japonais se disent que la recette du film d'Oren Peli est très facile à reproduire chez eux. Ainsi, quelques semaines avant la sortie du second opus Américain de la saga sort au Japon un épisode officieux, baptisé dans le pays  Paranormal Activity 2 : Tokyo Night.  

   

photo-Paranormal-Activity-Tokyo-Night-Paranomaru-akutibiti-Dai-2-sho-Tokyo-Night-2010-4

Koichi est un adolescent qui s'apprette à fêter le retour de sa grande soeur, Haruka, dans la demeure familiale.
Celle ci revient des Etats Unis et plus précisemment d'un hôpital ou elle a passé plusieurs semaines après un grave accident de voiture qui lui a laissé les deux jambes gravement fracturées.
La jeune femme pense pouvoir se reposer et ainsi récupérer, mais, dés la première nuit, son fauteuil se met à bouger tout seul.
Malgré tout les efforts de Koichi et Haruka,l'esprit qui fracasse des vitres, ouvre des portes ou tire les cheveux ne semble pas disposé à partir. Ayant disposé des caméras dans les chambres, les deux jeunes gens reste impuissants et commencent à vivre dans une peur constante.

Vous avez trouvé qu'il ne se passait rien dans les versions Americaines, rassurez vous, c'est quasiment la mème chose ici.
Reprenant les ingrédients de la saga, Tokyo Night nous balance deux acteurs pas vraiment doué qui se filme mutuellement, ou pose la caméra notamment lorsqu'ils mangent en famille. On a ainsi l'image qui se divise en deux durant la nuit. Ainsi, on découvre que la soeur bouge beaucoup tandis que le frère décide à un moment de dormir au sol. Outre ces éléments vraiment passionnant, on a aussi droit à une séance avec un prêtre tenant ce qui peut s'apparenter à un balais serpillière et chargé de purifier la maison.

 

Mais tout cela n'est rien par rapport aux dernières minutes du film ou, malgré ses jambes fracturé, Haruka se lève au milieu de la nuit sous l'impulsion de l'esprit, se dirige vers la chambre de Koichi et va rester planter devant lui durant presque deux heures tandis que le jeune homme dort comme un bien heureux, puis ressortir gentiment de la pièce.

Quand à la dèrnière image, les responsables n'hesitent à nous refiler un énième fantome de fille brune aux cheveux sales dans un passage directement inspiré de The Grudge.

Non content de donner dans le copiage, les scénaristes en rajoute dans les incohérences (jamais le frère ne se demande pourquoi une maison qui était jusque la tranquille et ou la famille n'avait jamais eu de problème, devient soudain la proie d'un esprit) livrant une oeuvre totalement nanardesque ou vous ne verrez aucun fantôme. 

Seul bon passage du film, le moment ou un groupe de jeunes gens viennent rendre visite au frère et à la soeur et amène une jeune fille pouvant détécter une présence surnaturelle. Mais, ce ne sont que quelques minutes intéressantes sur un film d'1h30, ce qui fait vraiment peu pour faire de ce Tokyo Night autre chose qu'un gros navet à jeter à la poubelle.  

Mais, pour ceux qui souhaitent malgré tout voir le film, je vous mets le lien en integralité et en Français, mais, attention, vous ètes prevenu.