Réalisation : Jonathan Glending

Année : 2012

Genre : Horreur

L'histoire : Une jeune Anglaise, étudiante en Amérique, retourne dans sa famille pour quelques jours. Elle y retrouve ses frères, mais, l'arrivée d'une forte tempête va les forcer à rester dans cette maison isolée au milieu de la campagne toute une nuit. Ils se lancent dans une petite fête improvisée et vont vite découvrir qu'ils ne sont pas seuls, une bête sauvage assoiffée de sang surgit de l'obscurité pour les attaquer.

La Critique De Titi70 :

Le thème du Loup garou est celui le plus souvent maltraité au cinéma. A ce titre, les réussites dans le genre se comptent sur les doigt d'une seul main.

Ce qui n'empèchent pas les producteurs de nous proposer des oeuvres sur ce thème, souvent baclé. On peut citer la saga Hurlements qui s'étale sur 6 épisodes, tous sans aucun rapport et dont seul le premier est à retenir.

En 2013, Jonathan Glendening, un jeune réalisateur, décide de faire du mythe du lycanthrope le sujet de son premier long métrage.

Au casting, que des inconnus, à l'exception de Tom Felton, connu surtout pour son personnage de Drago Mallefoy dans les Harry Potter et qui tente depuis de se forger une carrière, après une apparition dans La Planète Des Singes : Les Origines. 

A noter également la participation de Simon Mac Corkindale, dont le temps de présence se limite à quelques minutes, et qui fut l'interprète principal de la série des années 80 Manimal.

L'histoire se déroule dans la campagne Anglaise, ou se trouve un grand manoir. C'est la que vit la famille de Sarah Tyler, une jeune fille partit en Amérique pour ses études et qui décide de revenir pour quelques jours.

Si son père l'acceuille chaleureusement, ce n'est pas le cas de ses frères qui lui reprochent d'être partie, une opinion soutenue par la meilleur amie de Sarah.

La famille est également en pleinne tourmente, car, depuis quelques temps, les parents de Sarah se disputent continuellement à cause des absences répétées de la femme.

D'ailleurs, chacun est persuadé que la mère à un amant, y comprit son mari. L'ambiance n'est donc pas vraiment à la fête et la présence d'une mystérieuse créature qui va progressivement décimer tout les membres de la famille après avoir massacré les parents et le chien, ne va pas arranger les choses.

Dés le départ, le réalisateur tente d'installer une ambiance mysterieuse tout en décrivant les membres d'une famille loin d'ètre unis et rongé par les rancoeurs et les non-dit.

Après avoir quitté la grange et être entré dans la maison, tout ce petit monde se trouve confronté à une créature qui restera toujours dans l'ombre, tout en multipliant les attaques et empêchant nos adolescent de sortir du bâtiment.

Jonathan Glendening abuse alors des filtres rouges pour souligner la vision deu monstre, mais, la plupart du temps, n'arrive pas à filmer correctement les attaques du monstre, ce qui s'avère tout de mème frustrant. Mème si on devine, grace aux morsures, qu'il s'agit d'un loup garou.

Remplis de clichés, pas original, pas très sanglant, ni gore, et parfois trop bavard (les disputes ou les reprochent remontant à la surface finissent pas lasser au bout d'un moment), le film compte énormément de défaut, comme la présence de ce chasseur et du flic qui l'accompagne. Ceux ci mettront un temps fou à arriver devant la bâtisse avant de faire rapidement massacrer. On peut donc s'interroger sur l'utilité de tels personnages.

Le film s'achève par un twist pas forcement convaincant, achevant de rendre ce Night Wolf pas franchement essentiel et parfaitement évitable. Tout juste peut on se dire que, dans un sous-genre comme celui du film de loup garou polué par les nanars et les navets, celui ci n'est pas le pire, mais, pas le meilleur non plus.