En cé début juin, parlons du Chêne Autrichien, un des surnoms donné à Arnold Schwarznegger dont le parcours relativement hors du commun méritait bien un livre.

L'acteur lui même nous livre donc son auto biographie sortie en 2012, un épais bouquin constitué de nombreuses photos, dont la plupart issue des archives détenues par le comédien.

Dans Total Recall, l'Incroyable Et Véridique Histoire De ma Vie, on découvre d'abord l'enfance d'Arnold Schwarzenegger dans son Autriche natale, ou il reçoit très tot une éducation strict de son père militaire.

Lui et son frère, Meinhard, sont élevé dans le culte du travail bien fait et de la valeur du travail. C'est à l'adolescence que le futur comédien  commence à se passionner pour le cultirisme dont il deviendra plus tard un véritable emblème et qu'il popularisera à travers le monde.

Avec franchise, Arnold Schwarzenegger ne cache rien de son existence, de ses erreurs à ses succès. Certaines anecdotes sont d'ailleurs assez drôle, comme sa période militaire ou le jeune homme multiplie les conneries, notamment quand il conduit un char qui finit par exploser un mur. Bref, l'homme provoque souvent la colère de ses supérieurs qui se rendront rapidement compte qu'il n'est pas fait pour la carrière militaire, au grand désespoir de son père qui aurait aimé que son garçon soit soldat.

Plus gravement, Arnold Schwarzenegger parle de la mort de son frère ainsi que celle de son père, et de sa culpabilité encore vivace aujourd'hui de n'avoir pas pu retourner en Autriche pour assister aux enterrements de ses proche, erreur qu'il tentera de corriger à la mort de sa mère.

L'homme évoque donc ses années comme culturiste et son ambition toujours plus forte. A mesure que j'avancais dans le bouquin, j'ai d'ailleurs commencé à comprendre comment fonctionnait Arnold Schwarzenegger.

C'est un homme qui à constamment besoin d'un défi pour avancer. Ça commencera donc par le désir de devenir le plus grand culturiste au monde, puis, une fois l'objectif atteint, il lui faut un autre défi, ce sera de devenir un des acteurs les plus reconnu et les mieux payés au monde, et ainsi de suite.

Arnold Schwarzenegger n'hésite pas pour cela à se créer une haine vivace contre d'éventuels ennemi, que ce soit dans le culturisme avec Lou Ferrigno ou le cinéma d'action avec Sylvester Stallone, avec qui il entretiendra des rapports conflictuels des années durant.

Mais, bien sur, ce qui intéresse le plus un fan de cinéma comme moi, ce sont les anecdotes concernant les films tourné par le comédien. Et il faut bien admettre qu'en cela, le livre pèche parfois, tant certains long métrage (comme Commando ou Batman Et Robin) sont rapidement évoqué, voir pas du tout dans le cas de L'Effaceur.

Ne vous attendez donc pas à en savoir plus sur les films de Mark L. Lester ou Joel Schumacher. Quand à Terminator 3, l'acteur y démontre qu'il a surtout joué dans le film parce qu'un contrat l'y obligeait (les producteurs l'ont d'ailleurs menacé d'un procès si il ne s'éxécutait pas), mais, que ses ambitions était ailleurs, dans la politique en l'occurence.

On apprend également que son plus gros échec cinématographique est Last Action Hero, film que l'acteur ne regrette pas d'avoir tourné, mais, qui lancera une vaste campagne de dénigrement de la part des médias Américains, trop content d'annoncer que l'acteur est finit, c'est du moins ce qu'ils pensent.

Car, le bouquin à également le mérite de dévoiler une mentalité rarement évoqué concernant Hollywood, celle d'un monde sans pitié ou la moindre faiblesse (y comprit au Box Office) peut ètre fatale à votre carrière.

Il y a notamment un passage ou Arnold Schwarzenegger se retrouve à l'hopital pour une importante opération du coeur. Les jours suivant l'intervention, il découvrira dans sa chambre d'hopital des émissions télévisé ou des pseudo médecins qui ne l'ont jamais vu, viendront expliquer qu'il est désormais un légume et que sa carrière est finit, alors que lui se sent tout à fait bien.

Si certains long métrage sont donc évoqué rapidement, le livre contient malgré tout nombre d'anecdote comme le tournage de Conan Le Barbare et sa suite. La mésentente entre Schwarzenegger et Dino De Laurentiis (le producteur ne voulait pas du comédien pour le rôle du Cimmérien parce que celui ci s'était moqué de sa petite taille quelques années plus tot avant de voir un petit montage des scènes tournée par l'acteur. Il viendra sur le tournage en dira simplement en pointant du doigt Schwarzenegger : "C'est vous, Conan" Puis, partira tranquillement).

Concernant la suite réalisé par Richard Fleischer, le comédien tentera de convaincre les producteurs (De Laurentiis et sa fille) de leur erreur concernant l'orientation familiale du projet, sans succès.

Le tournage sera d'ailleurs marqué par les disputes incessantes entre Grace Jones et Wilt Chamberlain. Quand à Kalidor, Schwarzenegger y aura une liaison amoureuse avec l'actrice Brigitte Nielsen (qui aura une histoire également avec Sylvester Stallone). C'est à l'issue du tournage de ce dernier film qu'il fera briser le contrat le liant à Dino de Laurentiis pour qui il devait tourner cinq films.

Au passage, celui ci ne pouvant l'employer, il le laissera tourner Terminator avec un James Cameron survolté qui tournait essentiellement la nuit (une grande spécialité du réalisateur, à en croire le comédien).

Chose amusante : Arnold Schwarzenegger se présentera au rendez vous fixé avec le réalisateur qui l'envisageait dans le rôle de Kyle Reese, mais, le comédien ne cessera de parler de sa vision du robot tueur, ce qui convaincra James Cameron de lui laisser le rôle.

Arnold Schwarzenegger parle également du tournage de Running Man, et de l'éviction du réalisateur d'origine au profit de Paul Michael Glaser, un metteur en scène de télévision pas adapté au projet, selon l'acteur ou l'acteur Charles Bronson, un homme d'un caractère assez abominable et qui enverra sechemement bouler une journaliste.

Enfin, le comédien parle de sa vie sentimentale avec Maria Schriver Kennedy, de ses liens avec la famille de sa femme et la politique en général.

L'acteur y évoque l'amour qu'il éprouve toujours pour son épouse, malgré une séparation en 2011, la cause étant une relation d'un soir avec sa femme de ménage durant le tournage de Batman Et Robin qui donnera à l'acteur un fils caché que Maria Kennedy finira par découvrir.

Le livre contient également d'autres anecdotes que j'ai pas révélé, tant l'imposant volume du livre est impossible à aborder en profondeur dans une seule chronique.

Les dernières pages du bouquin sont concentré sur la philosophie de vie de l'acteur qui livre quelques secrets de réussite.

Au final, un bon livre ou Arnold Schwarzenegger imparfait, mais ou le comédien se livre avec franchise et honnêteté, et que je conseille tout amateur de l'acteur ou plus simplement pour ceux qui souhaite découvrir le parcours hors norme d'une personnalité unique.