Réalisation : Antoine Fuqua

Année : 2013

Genre : Action / Thriller

L'histoire : Un ancien garde du corps du président des États-Unis mis au placard doit reprendre du service lorsqu'un commando nord-coréen lance une attaque sur la Maison Blanche, prenant en otage le président américain. Seul à pouvoir agir, l'ancien garde du corps va devoir faire de courage et de loyauté.

La Critique De Titi70 :

Le thème du terrorisme est très à la mode depuis plusieurs années et nombreux sont les oeuvres dépeignant des attaques contre des batiments Américain. Une liste dans laquelle on pourra désormais rajouter Olympus Has Fallen traduit par La Chute De la Maison Blanche sortit chez nous en 2013.

Une oeuvre signé par un specialiste des films d'actions, à savoir Antoine Fuqua, à qui l'on doit notamment The Shooter ou Les Larmes Du Soleil.

Celui ci se retrouve à diriger Gerard Butler entouré de Morgan Freeman, Aaron Eckart, Cole Hauser et Dylan Mc Dermott, sans oublier les prestations d'Angela Bassett et Radha Mitchell.

Pour l'anecdote, le rôle de la femme du président devait revenir à Winona Ryder, mais, les producteurs changèrent d'avis et engagèrent Ashley Judd.

L'histoire est assez classique et s'inspire fortement de la saga Die Hard, en particulier Piège De Cristal. Sauf qu'ici, le héros se nomme Mike Banning. C'est un proche du président des Etats Unis (la première scène les voit s'entrainer à la boxe ensemble) et, accessoirement, son garde du corps en chef.

Mais, lorsque la femme du souverain décède dans un accident, Mike, se sentant coupable, abandonne son poste et devient un simple gratte-papier.

Plusieurs mois plus tard, le président s'apprette à recevoir le président nord Coréen en grande pompe quand des terroristes viennent gacher la fète en faisant exploser la Maison Blanche.

Retenu en otage et séquestré avec des membres du gouvernement, le président n'a que peu d'espoir de s'en sortir. Heureusement, Mike Banning, qui travaillait juste à coté, assiste aux evenements et, sortant son petit McClane illustré, décide immediatement de s'en meler.

Il demeure rapidement le seul espoir du pays pour sauver le président et éliminer les terroristes.

Comme vous pouvez le constater dans ce court résumé, les responsables ne sont pas allé chercher très loin leurs idées. Pour renforcer encore un peu l'analogie avec Piège De Cristal, on trouve mème, dans La Chute De la Maison Blanche, une scène quasi-similaire à l'excellent long métrage de John Mc Tiernan, quand l'un des hommes du président, ayant trahi celui ci, tente de piéger le personnage incarné par Gerard Butler, qui ignore ses vraies intentions.

De leur coté, Morgan Freeman, Angela Bassett et Radha Mitchell font leur boulot, mais, on peut dire que leurs personnages ne servent pas à grand chose, surtout la dernière nommée.

Car, celui qui est le plus mis en avant est bien sur Gerard Butler, à tel point que le film parait ètre le parfait véhicule pour cette acteur pas toujours bien utilisé au cinéma, mais, qui possède une vraie carrure.

Les responsables se fichent visiblement que leur long métrage enchaine les incoherences (les hommes protégeant la Maison Blanche, pourtant armé et voyant la menace arriver, ne tirent pas une seule fois avant se faire dégommer) ou les effets parfois raté, sans parler de personnage qui passent vite à la trappe (les terroristes veulent le fils du président, mais, celui ci est rapidement sauvé et donc, ils abandonnent gentiment), l'important est de divertir en offrant du spectacle et, la dessus, le film assure, n'hésitant pas à montrer des giclés de sang ou des combats assez violents.

Au final, La Chute De La Maison Blanche, avec son scénario déja vu mille fois, son patriotisme (le drapeau Américain remit en haut du mat à la fin) et ses personnages transparents, ne surprend jamais, mais, demeure tout de mème un sympathique divertissement correctement filmé par un réalisateur qui signe un devoir apprit par coeur, et recité à la lettre. Bref, une oeuvre de commande amusante et fun, pour se divertir avant tout.