De la même manière qu'un héros s'illustre souvent à travers une bonne histoire, une bonne histoire à également besoin d'un méchant charismatique pour se distinguer.

C'est à eux que nous allons nous intéresser à travers ces chroniques. On commence par un petit personnage teigneux (non, ce n'est pas Mimi Mathy) que les enfants apprécient particulièrement, du moins, sous la forme de jouet, il s'agit de la poupée tueuse Chucky.

Les Débuts

A la base, le personnage est une création du scénariste Don Mancini et son nom d'ètre humain un mélange de plusieurs tueurs psychopathe ayant laissé une trace dans l'histoire, à savoir Charles pour Charles Manson, Lee pour Harvey Lee Oswald et Ray pour James Earl Ray.

Il apparaît pour la première fois à la fin des années 80, dans le long métrage de Tom Holland, Child's Play (traduit chez nous par Jeu D'Enfant).

A l'origine, il s'agit d'un tueur psychopathe, baptisé Charles Lee Ray (incarné par l'acteur Brad Dourif, qui lui pretera d'ailleurs sa voix dans tout les épisodes par la suite)  qui, pour échapper à la police et gravement blessé, décide d'utiliser les preceptes de magie vaudou qu'il a apprit autrefois.

La poupée, commercialisé par la société Brave Gars, se retrouve entre les mains d'Andy Barclay, un enfant vivant seul avec sa mère dans un petit appartement.

Tandis que Chucky élimine progressivement l'entourage, il apprend que le fait de se retrouver dans une poupée pourrait bien le condamner à rester sous l'état de plastique éternellement, à moins qu'il ne réincarne vite dans la première personne ayant apprit son petit secret, c'est à dire Andy qui deviendra, durant trois films, la cible de la poupée tueuse.

Après une première épisode et une suite sympathique ainsi qu'un trois opus fatigué ou la saga démontre à quel point elle commence sérieusement à tourner en rond (il s'agit toujours de Chucky pourchassant inlassablement Andy Barclay, jusque dans une école militaire), le personnage connaîtra une mise au placard de plusieurs années.

Un Retour Gagnant

C'est en 1998, soit sept ans après sa précédente aventure, que la poupée refait un retour pour le moins remarqué sous la caméra de Ronny Yu avec toujours Don Mancini au scénario.

Pour ce nouvel opus, le scénariste décide de s'inspirer du film La Fiancée de Frankenstein (directement cité lors d'une scène) et raconte comment Chucky est récupéré par une ancienne petite amie de Charles Lee Ray, toute aussi dingue que lui, et ramené à la vie. Son nom est Tiffany et la jeune femme compte bien garder pour elle son amoureux.

Mais, Chucky ne l'entend pas ainsi et, après avoir électrocutée sa compagne, la fait revenir dans une poupée. S'ensuit un road movie déjanté dans ce qui reste sans doute la meilleur aventure du personnage.

Rempli de meurtres inoubliables (John Ritter qui finit le visage remplit de clous), de dialogue bien trash et très drôle ("Tu as mis ton caoutchouc ; -Tiffany, je suis en caoutchouc"), ce quatrième volet connaît un succès mérité et oriente la franchise vers la comédie à tendance humour noir.

Naturellement,  un cinquième épisode est lancé et, pour la première fois, c'est le scénariste officiel de la saga, présent depuis le début, à savoir Don Mancini, qui le réalise.

Le résultat n'est pas aussi déjanté que le précédent épisode, et moins réussi, mais, il comporte de bons moment et quelques allusions jouissives, mais, qui valurent quelques soucis aux responsables (c'est peu dire que Britney Spears n'a pas aimée le passage ou elle est mentionnée).

On y retrouve Chucky désormais père d'un enfant baptisé Glen qui ne lui ressemble guère, du moins jusqu'a ce que la scène final nous révèle le coté schizophrène du poupon.

Ce cinquième opus marquera à nouveau quelques années d'abstinances meurtrières pour la poupée tueuse, pour mieux revenir encore une fois.

Chucky Will Return :

Après qu'un reboot du premier film ait été annoncé, notre figurine devrait connaître de nouvelles aventures, plus orienté vers le long métrage original et toujours scénarisé par Don Mancini et programmé pour le moins de novembre dans les bacs en France.

Un nouvel opus ou le jeune comédien incarnant Andy Barclay dans les deux premiers films, à savoir Alex Vincent, devrait d'ailleurs reprendre son personnage dans le sixième épisode (il était remplacé par prévu Justin Wallin pour le 3), surement pour une simple apparition, tandis que la propre fille de Brad Dourif, Fiona Dourif, incarnera le premier rôle. Terminé donc Glen et Tiffany, tandis que le cliffanger qui clôturait le cinquième épisode restera sans suite, ce qui quand même regrettable. 

En tout cas, Chucky n'a pas finit de faire parler d'elle, pour notre plus grand plaisir, en espérant que cette nouvelle aventure se montre à la hauteur.