Réalisation : Rob Marshall

Année : 2011

Genre : Aventure / Fantastique

L'histoire : Jack Sparrow retrouve un ancienne conquête qui l'oblige à embarquer sur le bateau de Barbe-Noire à la recherche de la mystérieuse fontaine de jouvence. Dans cette aventure, Jack ne sait plus ce qu'il doit craindre le plus : Le terrible pirate, cette femme surgie de son passé ou son ennemi de toujours, Barbossa, qui n'est jamais très loin.

La Critique De Titi70 :

La phrase qui suit va sûrement faire réagir plusieurs cinéphiles, mais, c'est un fait : Je n'ai jamais aimé la saga Pirates Des Caraïbes et ce depuis le début. La raison en est simple : pour moi, les personnages tiennent plus du théâtre de Guignol que du vrai film de pirates, le tout porté par le cabotinage agaçant de Johnny Depp en pirates travestis.

Je me suis arrété au second opus (vu au cinéma tout comme le premier) et je n'avais absolument pas l'intention de reprendre cette saga un jour.

Mais, ça, c'était avant (pub connu). Devant l'instance d'un ami à me vanter les mérites du quatrième épisode tout en me tendant le DVD, j'ai fini par céder en me disant que le changement de réalisateur ainsi que la disparition de l'ennuyeux duo Orlando Bloom/Keira Knighltey allait peut être redonner un peu d'interet à cette saga, du moins à mes yeux.

Ce nouvel opus tire son intrigue d'un ouvrage de Tim Powers, lui mème ayant inspiré un jeu vidéo sortit dans les années 90 et baptisé The Secret Of Monkey Island.

On y retrouve notamment Johnny Depp et Pénélope Cruz, à nouveau partenaire à l'écran dix ans après le film Blow, ainsi que Geoffrey Rush, Ian Mc Shane, Kevin Mc Nally, Richard Griffith et Keith Richards (oui, celui des Rolling Stones) pour une apparition dans la peau du père de Jack Sparrow.

Au niveau de la réalisation, Gore Verbinski cède donc sa place à Rob Marshall, responsable, notamment, de la comédie musicale Nine.

L'histoire de ce quatrième épisode se concentre donc sur le fameux pirates Jack Sparrow, qu'on retrouve à Londres, en train de libérer son fidèle bras droit, Joshamee Gibbs, d'un procès le conduisant à la peine de mort.

A peine sa mission reussit qu'il est capturé et emmené vers le Roi Georges qui l'accuse d'avoir tenté de monter une expedition vers la légendaire Fontaine De Jouvance, également convoité par les Espagnols. Or, le pirate ne possède plus de bateau.

Celui ci s'en défend, et, une fois libéré, Jack fonce dans un bar et tente d'en savoir plus. C'est alors qu'il croise Angelica Teach, une ancienne conquête qui a recrutée un équipage en se faisant passer pour lui.

La jeune femme, qui a appris l'art de la truande auprès de Sparrow, est la fille du légendaire pirates Barbe Noire et s'est servie de cette filiation pour convaincre son père de partir à la recherche de la fameuse Fontaine De Jouvance.

Et voila Jack Sparrow embarqué dans l'aventure, avec à sa tète un homme aux pouvoirs terrifiants, puisqu'il est capable de faire revenir des morts à la vie, tout en controlant son bateau d'un simple gèste comme si il était vivant.

Pendant ce temps, son ennemi de toujours, Hector Barbossa, désormais employé par le roi, part avec plusieurs gardes, lui aussi à la recherche de la fameuse Fontaine De Jouvance.

Premier bon point, et pas des moindres, Rob Marshall est parvenu à calmer Johnny Depp, qui nous épargne cette fois ces mimiques et autres déhanchements.

On peut même dire que, pour la première fois depuis le début de la saga, l'acteur joue bien son personnage. Mais, est ce suffisant pour faire de cette nouvel aventure un bon film ? Pas vraiment.

Premier et principale problème : Une durée beaucoup trop longue face à une intrigue trop courte. On a ainsi droit à pas mal de remplissage (l'histoire d'amour avec le type et la sirène) avec des personnages dont la présence ne sert pas à grand chose. Le plus flagrant étant Barbossa, l'ennemi de Jack Sparrow, dont la quète pour trouver lui aussi la fontaine n'est pas franchement intéressante. Geoffrey Rush à beau jouer correctement son rôle, sa présence n'était pas nécessaire et ne se rattache à l'intrigue que par de grosses ficèlles (ce qui est arrivé au Black Pearl). Et je parle pas de Joshamee Gibbs, le bras droit de Jack Sparrow, qui disparait et réapparait sans aucune raison.

Derrière sa caméra, Rob Marshall ne fait pas grand chose pour dynamiser l'intrigue et certains passages, pourtant attendu, s'en ressentent. Le plus flagrant étant l'apparition des sirènes qui, après nous avoir mariner, est totalement raté. On a juste droit à des visages de vampires basiques.

Même si ce quatrième opus à été tourné avec moins de budget que les autres, ça n'empèche pas les trous dans le scénario, les acteurs à coté de la plaque (comme Penelope Cruz), ou le rythme molasson.

Bref, si j'ai tendance à considérer qu'on tient le meilleur opus d'une franchise qui n'aurait jamais du exister (pour une fois, les pirates ne sont pas ridicules et l'intrigue était pleine de promesses, malgré ses redites par rapport aux épisodes précédents), ça reste un film beaucoup trop bancale pour être pleinement appréciable. Bref, un navet.