Réalisation : Roel René

Année : 2012

Genre : Action

 

death%20race%202a

L'histoire : Après un braquage ayant mal tourné, Carl Lucas s'apprête à purger sa peine dans la térrible prison de Terminal Island. Mais c'est aussi ici qu'il peut retrouver la liberté, à condition de survivre à la terrible course à la mort où tous les coups sont permis...

La Critique De Titi70 :

Si, dans les années 80, les cinéma étaient prit d’assaut par les suites à foisons (au grand dam de certains que le phénomène agaçait au plus haut point), les temps ont changé et les responsables ont trouvé un nouveau filon très juteux : Le marché du DVD qui à vu arriver nombres de séquelles balancé sans ménagement sur les étagères des magasins.

A l’heure ou beaucoup de gens préfèrent leur petit confort intérieur à celui d’une salle de cinéma, le phénomène est plus présent que jamais. Pour autant, la quantité l’emporte souvent sur la qualité et les suites balançé aujourd’hui frôle souvent le zéro absolu, et sont bien loin de rendre justice à leur modèle.

 

death-race-2

 

D’ou la méfiance lors de la sortie de Death Race 2 & 3, sequelle de Course A La Mort, tourné à la suite par un spécialiste : Roel Réné (responsable, notamment, de The Marine 2, déjà évoqué sur ce blog) avec la même équipe de scénaristes (Paul W.S. Anderson, réalisateur du premier film et Tony Goglio) et les mèmes acteurs (Luke Gross, Danny Trejo, Ving Rames, Robin Shou, notamment). 

Intéressons aujourd’hui à la première de ces suites, qui compte également Sean Bean au casting, et qui se présente comme une prequelle au premier film, centré sur le personnage qui deviendra Frankenstein dans la scène d’ouverture du long métrage original.

L’histoire commence donc par une discussion entre deux hommes. L’un est un flic pourri et se nomme Carl Lucas, l’autre, un trafiquant puissant et redouté baptisé Marcus Kane. Les deux hommes se connaissent depuis des années et sont quasiment des frères. C’est pourquoi, le jour ou Lucas participe à un cambriolage, chapeauté par Marcus, qui dégénère en bain de sang et se retrouve arrêté et condamné à perpétuité, il refuse catégoriquement de témoigner contre son ami, malgré les promesses du juge ou du directeur de la prison de lui accorder une remise de peine.

Envoyé dans la terrible prison de Terminal Island, Carl Lucas découvre que les prisonniers se livrent à des combats à mort retransmit en direct au public et financé par la société Weyland.

Rapidement repéré, la responsable du programme, Katrina Banks s’arrange pour que Lucas finisse dans l’arène, espérant ainsi doper un programme en chute libre au niveau des audiences.

Mais, cela suffira-t-il ? Evidement non, et on finira par assister à l’apparition des fameuses courses à la mort et la naissance d’un pilote charismatique et redoutable.

 

death-race-2-2

 

Pendant ce temps, Marcus Kane à donné des ordres et offert une forte prime à celui ou celle qui éliminera définitivement Carl Lucas, avant que celui ci ne se décide à parler.

L’histoire est donc relativement simple et riche en scènes d’actions, parfois bien brutale, notamment lors du final.

Contre toute attente, il faut bien reconnaître que Death Race 2 est une belle réussite qui, sans faire de l’ombre à son modèle, lui fait honneur et prolonge le plaisir (du moins, pour ceux qui ont aimé le long métrage original).

Remplacant de Jason Statham, Luke Goss affiche un profil pas vraiment convaincant au départ et on ne peut pas dire que le bonhomme soit un acteur exceptionnel. Mais, dés que les choses sérieuses commencent, le type assure bien et sait se battre.

Si il se contentent, eux aussi, du minimum syndicale, Ving Rames et Danny Trejo font, eux aussi, leur boulot, tout comme Sean Bean, dont le personnage rèste, sans doute, le plus en retrait et le moins intéressant (il reste chez lui dans la majorité de ces scènes).

Le premier film ne brillant pas non plus par une direction d’acteurs flamboyante, il serait injuste de reprocher cela à sa suite. Le principale intérêt, tout comme le long métrage original se situe dans le scènes d’action et, encore une fois, sur ce point, Death Race 2 ne démérite pas. Au risque de me répéter, si vous êtes des fans du premier Course A La Mort, cette suite reste parfaitement recommandable.