Réalisation : Eric Lartigau

Année : 2014

Genre : Comédie dramatique

La_famille_Belier_affiche

L'histoire : Dans sa famille, Paula Bélier est la seule à entendre et à s'exprimer. Mais, l'adolescente ayant grandit dans une ferme voit son existence chamboulé le jour ou son professeur de musique l'inscrit à un concours de chant, à Paris. Une nouvelle vie s'offre à Paula, mais, ce changement signifie également pour elle l'éloignement de sa famille.

La Critique De Titi70 :

Depuis sa sortie, au mois de décembre 2014, le long métrage signé Eric Lartigau, La Famille Bélier, est victime d'un véritable battage médiatique positif, certains critiques allant même jusqu'a comparer le film à Intouchables d'Eric Toledano et Olivier Nakache.

Personnellement, ce n'est pas toute la publicité autour du long métrage qui m'a fait acheter mon ticket de cinéma, mais, plus simplement ma mère qui souhaitait voir le film et que j'ai accompagné, histoire également de me faire propre avis.

 

sans-titre

Autant le dire, au delà du thème du handicap commun aux deux films, La Famille Bélier et Intouchables n'ont rien à voir et, à titre personnel, j'avoue que je préfère largement le second.

A l'origine du projet, il y a d'abord un roman de l'assistante de Victoria Bedos, Veronique Poulain : Les Mots Que L'On Ne Dit Pas, ou l'histoire d'une jeune fille entendant au sein d'une famille sourde. 

Un bouquin qui tapa dans l’œil de la fille de l'humoriste Guy Bedos. Elle décida rapidement de signer le scénario d'une adaptation pour le cinéma qu'elle envisagea également de réaliser. Mais, la jeune femme renonça rapidement à cette dernière option, ne se sentant pas les épaules pour la mise en scène d'un tel projet.

Elle décida de trouver une personne de confiance pour ce poste et choisit Eric Lartigau, metteur en scène, notamment, du film à sketch Les Infidèles, ou officiait parmi les scénaristes son frère, Nicolas Bedos.

Le casting fut assez complexe à monter, les responsables devant trouver des comédiens suffisamment talentueux pour jouer intégralement en langage des signes, ainsi qu'une jeune fille capable d'être bonne actrice et excellente chanteuse.

Pour les parents Bélier, le réalisateur choisit Karine Viard et François Damiens, tandis que le fils est incarné par un véritable enfant sourd,  Luca Gelberg.

Le plus difficile fut de trouver l'interprète de la fille, Paula Bélier. Persuadé qu'aucune chanteuse ne savait jouer la comédie, Eric Lartigau se laissa malgré tout convaincre par des amis de regarder un des numéros de l'émission The Voice.

La prestation de la jeune Louane Emera acheva de le convaincre qu'il avait trouvé la personne qu'il cherchait, ce dont la jeune fille, encore étudiante, fut la première à s'étonner :  « Je ne m’étais jamais imaginée comédienne. Je viens de la musique, je suis chanteuse avant tout, et je n’avais jamais vraiment pensé à l’éventualité de jouer la comédie ».

Viennent également s'ajouter Eric Elmosnino, Roxane Duran et Bruno Gomila. L'histoire tourne autour d'une famille, la famille Bélier. Que ce soit la mère, Gigi, le père, Rodolphe, ou le petit frère, Quentin, tous sont sourds et muets de naissance.

Seule Paula, le fille de 16 ans, ne souffre pas de ce handicap. De fait, c'est elle qui s'est toujours plus ou moins occupé de sa famille, et gère comme elle peut la ferme ou tout le monde vit.

Mais, cette vie commence à peser un peu trop sur les épaules de la jeune fille, qui est à l'age du changement et des premiers émois amoureux. Un jour, elle décide de s'inscrire sans trop y reflechir dans un court de chant, en compagnie de sa meilleure amie, Roxane.

C'est ainsi qu'elle rencontre Fabien Thomasson, un prof sec et grognon, car, obligé de se terrer dans un village de campagne et d'enseigner après avoir côtoyé certains des plus grans artistes Français.

Si le premier court ne se passe pas vraiment bien pour Paula, sa prestation suivante emballe littéralement son professeur qui décide d'inscrire la jeune fille à un grand concours de chant, à Paris. Mais, pour parvenir à réaliser son rêve, la jeune fille va devoir s'affranchir de sa famille parfois envahissante.

En plus, cette envie d'une autre vie tombe plutôt mal pour les Bélier étant donné que Rodolphe compte sur elle pour l'aider dans l'élection du prochain maire ou il s'est présenté.

La Famille Bélier est il un bon film ? Pour ma part, je répondrais oui. Valait il tout le battage fait autour ? Clairement non. Car, si on se retrouve face une comédie pas forcement désagréable à visionner, difficile de ne pas reconnaître que le résultat n'a rien de renversant non plus.

Dans les bons points, on peut déjà citer le scénario et la façon de le traiter, qui reste très juste et évite le piège de la guimauve. Il n'y a pas non plus de caricature du handicap comme on pouvait le craindre. En plus, les acteurs sont particulièrement juste, à l'image de François Damiens, qui effectue une vraie performance, ou Louane Emera, qui s'en sort parfaitement surtout si l'on prend en compte le fait qu'il s'agisse de son premier rôle au cinéma. J'aurais, par contre, plus de réserve sur la prestation de Karine Viard, qui à tendance à en faire trop et frise souvent l'hystérie.

Mais, le véritable problème du film, selon moi, vient de toutes ces petites scènes annexes censé nous faire rire, et qui n'apporte, au final, strictement rien à l'histoire.

Les exemples sont nombreux. Je citerais le passage ou les parents et la fille sont chez le medecin, celui ou Paula à ses règles pour la première fois et demeure impuissante lorsque sa mère lui prend son pantalon des mains et le brandit devant tout le monde afin de bien montrer la tache de sang au milieu, ou lorsque Quentin, le petit frère, couche pour la première fois avec la meilleure amie de Paula, Roxane. Une tentative qui finit mal puisque le garçon fait une allergie au latex.

Des passages comme ça, le film en regorge, et le problème, outre l'utilité de ses passages qui restent à démontrer, vient du fait que ces scènes semblent étiré au maximum, dans le but de nous forcer à rire.

Si les responsables d'Intouchable était parvenus à incorporer les éléments comiques dans le scénario, l'humour découlant de certaines situation, ce n'est pas le cas ici ou les responsables se croient obligé d'en rajouter avec des passages, je le répète, foncièrement inutile.

Reste une comédie, encore une fois, pas désagréable, mais, très anecdotique et qui s'oublie très rapidement une fois sortit de la salle. Beaucoup de bruit pour pas grand chose, en somme.