Réalisation : Jerry Lewis

Année : 1960

Genre : Comédie

L'histoire : Les exploits de Stanley, groom dans un grand palace Parisien. Une véritable catastophe ambulante qui accumule les péripéties.

La Critique De Titi70 :

Retour de Jerry Lewis sur le blog à Titi avec Le Dingue Du Palace, premier film écrit et réalisé par le bonhomme. Pour l'occasion, l'acteur comique décide de se lancer dans un véritable concept, puisque son film ne comporte aucun scénario, ni intrigue.

Le Dingue Du Palace se présente plus comme une successions de sketchs se déroulant dans un même lieu, ou Jerry Lewis décide de s'affranchir de toute réalité pour pousser le comique jusqu'à l'absurde.

Tout se déroule dans un hotel luxueux de Miami ou officie, parmi les grooms, Stanley, un homme qui ne parle jamais et accumule les gaffes.

Encore une fois, Le Dingue Du Palace ne raconte rien de plus que cela. Après un générique ou un homme se présente comme le directeur de production chez Paramount et nous explique à quel point il est simple de produire un navet formaté qui rapportera beaucoup d'argent, conçu avec des ingrédients dont le public raffole. Puis, il enchaîne en présentant Le Dingue Du Palace comme un long métrage basé uniquement sur la farce.

Un film qui a sûrement rendre fou le bonhomme vu son rire hystérique après son discours.

Par ce petit prologue, Jerry Lewis met donc en boite les formules cinématographiques toutes faites et comment il compte leur tordre le cou avec son premier film en tant que réalisateur et auteur.

L'acteur accumule donc les petits sketchs, au détriment de toute logique. Car, comme le précise un personnage lors d'un des premier gags en regardant la caméra : "C'est de la fiction ".

Pas étonnant donc de voir une femme de forte corpulence devenir toute mince en seulement 2 semaines, Stanley, d'ordinaire très lent, placer des centaines de chaises en à peine 1h, ou le même homme en train de manger face à une glace reflétant le fond de la piscine de l'hotel ou passe un type en costume et chapeau.

Encore une fois, Jerry Lewis pousse l'absurde à son maximum et en profite pour rendre hommage à ses pairs, comme Laurel & Hardy par l'intrusion lors dans plusieurs gags d'un sosie du premier, incarné par Bill Richmond, et que croise souvent Stanley.

Mais, Jerry Lewis fait également preuve de dérision en jouant sur son image. L'un des sketch le voit ainsi débarquer dans l'hotel sous sa véritable identité. La star se présente donc comme une personne arrogante, que des centaines de personnes colle littéralement au point qu'il ne peut plus faire un pas. L'un des Groom se demande alors si Jerry Lewis ne serait pas le sosie de Stanley.

Le Dingue Du Palace n'est pas forcement le long métrage le plus connu de Jerry Lewis et fut très peu diffusé à la télévision. Il faut dire que la forme du film est assez singulière (au risque de me répéter, il s'agit juste d'une succession de sketchs sans aucun lien et aucune logique). Pour ma part, je trouve que le procédé finit par lasser un peu au bout d'un moment, même si le film est assez court (à peine 1h08). 

Malgré tout, ça rèste un film refletant parfaitement le talent et l'imagination de Jerry Lewis en matière gags et qui se termine tout de mème par une morale assez inattendue, mais, très bien trouvée.