Réalisation : Yves Boisset

Année : 1977

Genre : Policier

L'histoire : Un juge énergique et intègre se retrouve en charge d'une affaire délicate, une histoire de corruption impliquant des personnages haut placés, qui va bouleverser sa vie et sa carrière.

La Critique De Titi70 :

Si beaucoup de réalisateurs Français se contentent d'oeuvrer dans le divertissement sans trop faire de vagues, ce n'est assurément pas le cas d'Yves Boisset. Commençant sa vie professionnelle comme Journaliste, l'homme si distingua par son goût de l'enquète. Une méthode d'investigation qu'il employa par la suite pour la préparation de tout ses long métrages et téléfilms.

Fasciné par les grandes affaires politiques et criminelles, Yves Boisset se tailla une réputation d'homme tenace à travers des long métrages sans concession. Le metteur en scène dut d'ailleurs de nombreuses fois faire face à des pressions et fut souvent contraint d'abandonner des projets lui tenant à coeur.

A la fin des années 70, il décide de s'interresser à l'histoire du juge François Renaud, mort deux ans avant et qui fut notamment le premier magistrat assassiné depuis l'occupation.

Le Juge Fayard dit le shériff : Photo Patrick Dewaere

Yves Boisset choisit de confier le rôle principale à Patrick Deweare, acteur qu'il dirigera pour la seule et unique fois. Durant le tournage, il observe le comédien et déclarera dans une interview : « J'ai compris qu'il ne jouait pas, mais qu'il vivait la scène et je me suis dit, mon Dieu, il est en danger ! ». Il faut dire que le comédien sort alors d'une rupture difficile avec l'actrice Miou-Miou et se montre d'un caractère instable sur le tournage.

Au niveau du reste de la distribution, on trouve notamment Henry Garcin, Jean Marc Thibault, Jean Bouise, Philippe Leotard, Roland Blanche, Marcel Bozzuffi et la participation de Bernard Giraudeau qui apparaît dans une scène de dialogue avec Patrick Deweare au bord d'une plage.

L'histoire est donc celle du Juge Fayard, un homme énergique et intègre qui croit en son métier et en la justice plus que tout. Bref, un magistrat qui tente de faire son métier et qui dérange au plus haut point les hautes institutions, notamment lorsqu'il fait arrêter le grand patron d'une usine, qu'il soupçonne de plusieurs manquement aux règles de sécurité du code du travail en vigueur. Ce dernier ayant de puissant liens avec des politiques, Le Juge Fayard est alors sommé de le relâcher et vivement sanctionné par se supérieurs qui ne manquent pas de lui rappeler qu"il est libre, car, c'est son affaire".

Il se voit alors confié une affaire de braquage avec agression. Une histoire banale faisant office de mise au placard. Mais, quand un ancien flic est retrouvé assassiné et que le juge Fayard commence à remonter jusqu'a certains hommes politiques haut placé, dont certains auraient fait partie du S.A.C, le service d'action civique, soupçonné de service de milice parallèle, l'affaire prend une autre tournure.

Le Juge Fayard dit le shériff : Photo

Lors de sa sortie, Le long métrage d'Yves Boisset fit grand bruit, et le nom du S.A.C, organisation clairement cité dans le film, fut remplacé par un Bip à la suite d'une décision de justice. Après la dissolution du groupuscule, cette décision fut finalement annulé.

Par ailleurs, le réalisateur expliqua avoir été victime d'une agression, trois hommes cagoules l'ayant tabassé alors qu'il rentrait chez lui.

A la vision du film, on comprend mieux que certains parti pris ait fortement déplu. Car, Yves Boisset ne prend pas de gants pour dépeindre des institutions corrompu, que ce soit dans la magistrature ou dans la police.

On pourra éventuellement reprocher au réalisateur de ne pas faire dans la finesse, pourtant, on ne peut nier qu'Yves Boisset atteint son but. Car, au delà de l'enquète peu intéressante sur la forme, ce qui intéresse surtout le réalisateur est le portrait d'un homme incorruptible que rien, ni personne ne parvient à faire taire. Un entêtement qui lui sera fatale dans sa lutte contre la corruption.

Dans la peau de ce personnage marquant, Patrick Deweare est tout simplement intense et prodigieux. Les autres acteurs ne déméritent pas, seul Philippe Leotard semble quelque peu en retrait.

Au final, Le Juge Fayard reste un long métrage choc et très réussi. Certains le considèrent comme le meilleur film d'Yves Boisset et si je n'irais peut être pas jusque la, ça reste un film à connaître pour tout ceux qui apprécient les oeuvres engagé ou tout simplement le cinéma en général.