Réalisation : Steve Miner

Année : 1982

Genre : Horreur

image

L'histoire : Un groupe d'adolescent de rend dans une ferme pas loin du tristement célèbre camp Crystal Lake. Ils ignorent que le tueur Jason Voohrees est toujours dans les parages, bien décidé à ajouter de nouveaux noms à son tableau de chasse.

La Critique De Titi70 :

Après le succès conséquents et financiers des deux premiers Vendredi 13, les dirigeants de la Paramount ont désormais bien conscience qu'ils ont entre les mains une saga populaire auprès du public et capable de leur rapporter beaucoup d'argent.

 

Ils décident donc, pour ce troisième opus, de voir les choses en grand. Budget revu légèrement à la hausse (4 millions de dollars contre 1 millions pour le précèdent film), utilisation du Cinemascope (ce sera le seul épisode à utiliser ce type de format) et tournage en relief, technique déjà très à la mode puisque de nombreux autres films sortit la même année utiliseront la 3-D.

Steve Miner ayant fait du bon boulot sur le chapitre 2 est rappelé pour la réalisation. Pourtant, de l'aveu même du metteur en scène, le fait de tourner en relief sera un véritable cauchemar pour lui, car, l'utilisation de ce procédé rendra tout beaucoup plus compliqué et les comédiens devront souvent refaire leur prises de nombreuses fois.

Steve Miner reconnaîtra également par la suite avoir été moins regardant sur le scénario, du fait de ses préoccupations technique.

image 

Le film commence quelques minutes avant la fin du précédent, l'occasion de nous resumer la situation tout en nous montrant que Jason est toujours vivant, avant de se poursuivre sur le meurtre de deux paysans du coin.

Dans le même temps, un groupe d'adolescent vient passer quelques jours dans une ferme aux environs de Crystal Lake. En chemin, il aperçoivent des ambulances et un animal écrasé, mais, il en faut plus pour arrêter ces jeunes qui espèrent bien passer du bon temps à la campagne.

Parmi le groupe se trouve une jeune fille, Chris, encore traumatisé par un évènement du passé qu'elle finira par avouer tardivement. En effet, il se trouve que la demoiselle à croisé un soir le chemin de Jason. Celui ci, furieux qu'elle se soit évanouit ensuite, a décidé, pour la punir, de ne pas la tuer (sympa, le mec).

Sur place, les couples se réunissent et chacun s'installe tranquillement, ignorant que Jason rôde dans le parages, bien décidé, lui aussi, à faire la fête à sa façon.

C'est ainsi qu'il se fera la main sur un groupe de loubards avant de s'attaquer à notre groupe de jeunes, bien inconcient du danger qui les guette.

image

Comme vous pouvez le constater, la formule utilisé depuis le premier épisode ne varie ici pas d'un iota. Il n'y a donc aucune originalité à attendre du coté de l'histoire ou même son déroulement et les scénaristes ont sûrement eu un mal de crane terrible après avoir rédigé le synopsis de ce troisième épisode.

Seul nouveauté : Sûrement conscient du look un peu limite de leur croquemitaine dans le précèdent long métrage, les responsables ont décidé ici d'opter pour un style un peu plus marquant. Le visage du tueur n'est jamais montré jusqu'a ce qu'il trouve enfin sa tenue que désormais, Jason ne quittera plus, à savoir  une tenue de bûcheron et surtout, un masque de hockey qu'il piquera à une de ses victime dans une scène de meurtre qui sera finalement coupé par la censure Américaine.

Comme je l'ai déjà dit, le scénario reste archi classique (surtout pour ceux qui ont suivis les précèdent épisodes) et on se ferait sévèrement chier si le tout n'était pas rattrapé par d'excellent meurtres pour la plupart plutôt bien foutus (hormis la tète compressé et son oeil qui sort de l'orbite, trucage assez voyant, mais, efficace) et assez graphique.

Oui, on peut le dire, dans cette épisode, Jason est en forme et multiplie les idées bien sanglante, à l'instar de cette scène avec une fille qui se prend un harpon en plein visage, celui ci lui transperçant l'oeil.

C'est donc un troisième épisode sympathique, en grande partie grace à Jason, car pour le rèste, on ne peut malheureusement pas dire que ce troisième opus, avec son intrigue jamais novatrice et son final qui repompe allègrement celui du premier film, apporte quoi que ce soit de plus à la saga.