Réalisation : Matt Reeves

Année : 2014

Genre : Fantastique / Science Fiction

98425267

L'histoire : Une nation de plus en plus nombreuse de singes évolués, dirigée par César, est menacée par un groupe d’humains qui a survécu au virus dévastateur qui s'est répandu dix ans plus tôt. Ils parviennent à une trêve fragile, mais de courte durée : les deux camps sont sur le point de se livrer une guerre qui décidera de l’espèce dominante sur Terre.

La Critique De Titi70 :

Avant de continuer à aborder les films de la saga simiesque d'origine, petit détour vers la dernier opus en date, sous titré L'Affrontement.

Petit rappel des faits. En 2011, les responsables de la Fox lance la création d'un nouvel épisode sous forme de reboot de la franchise La Planète Des Singes. A l'époque, tout le monde à encore en mémoire le sinistre remake du film original signé Tim Burton et c'est annonce suscite bien plus de craintes que d'impatience.

Pourtant, ce nouvel opus, sous titré Les Origines, est parvenu à rassurer grâce à de nombreuses qualités, l'une d'elle étant de démontrer qu'un blockbuster Hollywoodien pouvait encore allier un vrai scénario remplit de personnages fort , à mille lieu des héros clichés et fade d'un Pacific Rim, et le spectaculaire. 

Évidemment, le succès de ce reboot et sa fin appelait une suite. le réalisateur de la prequelle,  Rupert Wyatt, évoque ainsi, dans les interviews,  plusieurs pistes envisageable, pouvant même s'étaler sur plusieurs long métrages.

Malheureusement, son ambition est mise à mal un an plus tard. En 2012, le réalisateur finit par quitter le projet en raison de délais de production qu'il juge trop court, les responsables de la Fox envisageant de sortir le film en mai 2014.

Il ne faut quelques mois au studio pour trouver un remplaçant, à savoir Matt Reeves. Le nouvel élu n'est pas un novice puisqu'on lui doit notamment Cloverfield et Laisse Moi Entrer, le remake Américain de Morse.

D'ailleurs, on retrouve ici l'acteur Kodi Smith Mc-Phee, qui incarnait le rôle principal dans le remake cité plus haut. Pour autant, la question était surtout de savoir si Matt Reeves allait parvenir à se montrer à la hauteur du travail de Rupert Wyatt.

Pour le rèste du casting, on trouve notamment Gary Oldman, Jason Clarke, Keri Russell et Andy Serkis qui reprend les traits de César, le chef du clan des singes.

Quant à James Franco, l'acteur se contente d'un simple caméo lors d'une scène ou César regarde une vidéo sur un caméscope.

Il faut dire que l'histoire de cette suite ne prolonge pas directement celle du premier opus, puisqu'on se situe de nombreuses années, alors que beaucoup d'humains ont été tués suite à un virus mortel qui s'est répandu, en fait le fameux virus sur lequel travaillait les scientifiques d'Origines.

D'ailleurs, lorsque le film commence vraiment, après une présentation rapide des conséquences de cette tragédie, singes et humains ne sont plus croisé depuis longtemps, au point que les primates en viennent à penser que les humains sont tous mort.   

Pourtant, il reste des survivants qui tentent, vaille que vaille, de s'en sortir. Seulement, les vivres diminuent et certains éléments, comme l'éléctricité, risque de manquer. Le seul espoir : Un réseau électrique qui se situe pret d'un barrage, en plein sur le territoire des singes. Encore faut il pouvoir y pénétrer.

Malgré sa méfiance et après de nombreuses hésitations, César décide de faire confiance aux humains venu le trouver. Mais, la situation demeure très tendu entre les deux groupes, et risque de dégénérer en guerre à tout moment, ce qui ne va pas manquer d'arriver au final.

Malgré les craintes qu'on pouvait avoir, Matt Reeves se montre tout à fait à la hauteur de la tache, et signe une excellente suite qui devrait plaire à ceux ayant apprécié Origines.

Pour autant, La Planète Des Singes : L'Affrontement n'est pas parfait et on peut y relever quelques défauts. La première partie du film constitue une vrai prise de risque de la part du réalisateur puisque ce dernier prend son temps pour depeindre les conditions de vie entre les deux communautés, et leur rapport houleux, laissant ainsi de coté le spectaculaire 

En outre, beaucoup de passages ou les singes parlent entre eux sont sous titrés, ces derniers s'éxprimant quasi uniquement avec le langage des signes.  

Bere, une première partie que certains spectateurs plus habitué à l'action vont peu être trouver un peu longue. Ce fut probablement le cas du type assis à coté de moi qui n'a pas cessé, durant cette première heure, de bailler et de s'étirer.

Pourtant, le ton employé est essentiel pour bien appréhender l'affrontement et les enjeux de la seconde partie. 

Avec cette suite, Matt Reeves choisit, encore plus qu'avec la prequelle, de plus orienter son histoire du coté des singes, mettant ainsi quelque peu de coté les personnages humains. Malheureusement, c'est la ou se situe le principal soucis de cette suite, car, si César et sa clique gagnent en épaisseur, les protagonistes humains en manquent cruellement, au point qu'il est impossible de ressentir quoi que ce soit pour eux, malgré les quelques tentatives comme lorsqu'un homme pleure sur la photo de ses enfants qui sont mort. 

Il faut dire que l'interpretation, à niveau la, n'est pas non plus flamboyante, Jason Clarke se révélant assez fade tout comme Keri Russell tandis que Gary Oldman cabotine dans une rôle totalement sous exploité, vu qu'il apparaît dans trois scène à tout casser.

Encore une fois, si Rupert Wyatt avait su garder un certain équilibre entre les personnages humains et primates, Matt Reeves foire totalement cet aspect la. 

Pour autant, La Planète Des Singes : l'Affrontement est loin d'ètre une suite honteuse et constitue même une excellente suite, malgré ses imperfections. En espérant que le réalisateur continue sur sa lancée pour le troisième opus, annoncé pour 2016.