Réalisation : Jack Lee Thompson

Année : 1973

Genre : Fantastique / Science Fiction

bataille de la planète des singes

L'histoire : Vingt sept ans se sont écoulés depuis la révolte des singes. Désormais, ces derniers forment une colonie paisible au sein de laquelle vivent quelques humains, soumis au régime simiesque, le tout sous la direction du chef pacifiste César. Mais, ce dernier va pourtant devoir affronter deux problèmes de taille : En premier lieu une révolte des gorilles dirigé par le général Aldo, ainsi qu'une colonie d'humains sous les ordres d'un chef tyranique, bien décidé à exterminer definitivement tout les singes.

La Critique De Titi70 :

Fin de la série de chroniques consacré à la saga La Planète Des Singes avec le cinquième et dernier épisode de la franchise officielle, terminant pour un temps la franchise au cinéma qui ressurgira dix huit ans plus tard à l'occasion d'un remake du premier opus signé Tim Burton dont je vous parlerais peut être un jour.

La Bataille De la Planète Des Singes permet de retrouver une bonne partie du casting du précédent épisode, que ce soit à la réalisation ou Jack Lee Thompson rempile, mais, aussi devant la caméra ou l'on retrouve Roddy McDowall qui incarne à nouveau César.

A noter la participation du réalisateur John Huston dans le rôle du legislateur. Pour le rèste, l'histoire reprend vingt sept ans après l'épisode precedent, qui se terminait par le soulevement des singes avec César à leur tète.

Après que beaucoup d'humains ait été éxterminé suite à un virus, les primates vivent désormais en colonie, abritant également quelques hommes et femmes.

Mais, César doit depuis quelque temps affronter l'hostilité des gorilles, et plus spécialement du général Aldo, prônant l'extermination total de la race humaine à n'importe quel prix.

Lors d'un raid dans un New York désormais devenu une ville morte, César et deux compagnons se retrouvent pou suivit par un petit groupe d'humain avec, à leur tète, le Gouverneur Kolp, frère du défunt Gouverneur Breck présent dans l'épisode précèdent.

D'ailleurs, il partage la même haine des singes que ce dernier et va commettre la même erreur en leur déclarant la guerre. Lorsque Cornélius, le fils de César, est victime d'un accident causé par Aldo, le chef est contraint de rester au chevet de son enfant tandis que le général en profite pour imposer un régime de terreur, prélude à un futur qui semble imminent pour la race humaine.

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il est temps que la saga s'arrette, les scénaristes semblant ètre de plus en plus en panne d'idées apte à faire évoluer les choses.

La Bataille De La Planète Des Singes n'est pas un mauvais film, mais, il ressemble souvent à son prédécesseur, agrémenté tout de même de quelques différences.

Comme je le disais, les humains commettent les mêmes erreurs que dans La Conquète De la Planète Des Singes et ce cinquième opus ne nous apprend rien de plus sur l'univers développé dans la premier et le deuxième, sombrant même parfois dans la redite comme lorsque César regarde une vidéo relatant l'interrogatoire de ses parents, tiré d'une scène des Evadés De la Planète Des Singes.

Même chose pour les gorilles dont la haine des humains était déja présente dans La Planète Des Singes et surtout sa suite. Encore une fois, les scénaristes fonctionnent plus sur des acquis

Ce qui frappe également est le fait qu'avec ce cinquième épisode, Jack Lee Thompson semble prendre une revanche sur un premier opus qu'il n'avait pas réalisé, en livrant un film qui lui ressemble énormément sur le forme.

Finalement, ce dernier épisode de la saga officielle vaut surtout pour sa dernière scène, seul apportant véritablement quelque chose de nouveau à l'histoire.

Comme je l'ai dit, La Bataille De la Planète Des Singes est loin d'ètre un mauvais film, mais, il manque de surprise pour qui a suivit la saga comme c'est mon cas.