Réalisation : Chris Colombus

Année : 2001

Genre : Fantastique

jpg_harry-potter-1

L'histoire : Un jeune orphelin, élevé par son oncle et sa tante qui le détestent, reçoit la visite inattendue d'un homme le jour de son onzième anniversaire, une visite qui va changer définitivement l'existence du garçon.

La Critique De Titi70 :

Nous sommes à la fin de l'année 2001 et deux films qui s'apprettent à sortir dans le mois de décembre font déja beaucoup parler d'eux bien avant d'arriver sur les écrans. Deux oeuvres différentes sur la forme et le fond, et visant chacune un public diffèrent, mais qui ont en commun d'appartenir au même genre : le fantastique.

Une autre point commun et qu'elles sont toutes deux des adaptations de saga à succès. La première à arriver sur les écrans est la version cinéma des aventures d'un jeune sorcier, tiré de bouquins ayant déja faut grand bruit. Suivra quelques temps plus tard La Communauté de L'Anneau, le premier opus de la saga Le Seigneur Des Anneaux.

Lorsque j'entre dans la salle projetant Harry Potter A L'Ecole Des Sorciers, c'est complètement vierge de toute information. Je sais juste que le film fait parler de lui, mais, comme ça ne m'interesse pas d'en savoir plus, autant dire que c'est une info anecdotique pour moi.

Si je franchit la porte de la salle, c'est plus parce qu'il me faut écluser au plus vite la dernière place restant sur ma carte que par véritable intérêt.

Lorsque la lumière s'éteint, je me souviens vaguement de l'article que j'ai lu dans le magazine Mad Movies qui titrait ce magnifique "Du Balais".

Pour ce premier épisode de la saga, les responsables ont porté leur choix sur Chris Colombus, après avoir contacté beaucoup de réalisateurs comme Steven Spielberg, Robert Zemeckis, Brad Silberling, Terry Gilliam ou Ivan Reitman. 

Ce n'est pas la première fois que Chris Colombus travaille avec des enfants ou des adolescents et le bonhomme à de l'experience en matière de divertissement familiale.

Pour incarner les personnage centraux, le metteur en scène fait passer un long casting et retient finalement plusieurs enfants dont Daniel Radcliffe, Rupert Grint, Emma Watson ou Tom Felton.

Daniel Radcliffe est déja un nom connu dans le milieu puisqu'il fut la vedette d'une adaptation de David Copperfield pour la télévision, une version couronné de succès en Angleterre dans laquelle il côtoyait notamment la comédienne Maggie Smith qu'il retrouve dans le film de Chris Colombus.

A noter que Tim Roth et Rosie O'Donnell ont été pressentit pour incarner le professeur Rogue et Madame Weasley avant que les rôles échoient à Alan Rickman et Julie Walters.

Quant aux autres personnages, ils sont notamment incarné par Robbie Coltrane, John Cleese, John Hurt ou Fiona Shaw.

L'histoire commence dans une petite maison d'une bourgade paisible ou vit la famille Dursley. Que ce soit le père Vernon, la mère Pétunia ou le fils obèse et pourrit gâté Dudley, ce sont des individus à la moralité étriqué et peu fréquentable.

Le sort qu'il inflige à Harry Potter, le neveu de Pétunia recueilli après la mort des parents du garçon, est peu enviable puisque Harry est tout simplement traité comme un serviteur.

Pourtant, le jour de son onzième anniversaire, le garçon voit débarquer un véritable géant se prénommant Hagrid et qui lui révèle qu'il est un sorcier. De ce fait, Harry doit se rendre à l'école de Poudlard pour y apprendre la magie.

C'est ainsi qu'il découvre un monde nouveau dont les humains n'ont même pas conscience. Il s'y fait des amis, comme Ron Weasley ou Hermione Granger, mais, aussi, des ennemis, comme Drago Malefoy.

Il en apprend également plus sur les causes de la disparition de ses parents, tué par un sorcier redoutable dont beaucoup ont encore si peur qu'ils n'osent prononcer son nom. Harry devient ainsi la seule personne à avoir survécu à ce sorcier prénommé Voldemort.

Si les choses à Poudlard se passent sans trop de problèmes au début, le jeune sorcier à la désagréable impression qu'un complot se trame contre lui, dont le responsable pourrait bien être Severus Rogue, un des professeur. Mais, les apparences sont parfois trompeuses.

Ce premier épisode nous fait entrer dans le monde des sorciers et de la magie, un univers enchanteur, mais, qui possède sa part d'ombre. 

Les premiers éléments inhérent à la saga se mettent en place et l'on découvre certains personnages que l'on va suivre au cours des années, comme Albus Dumbledore, le directeur de Poudlard et homme toujours de bon conseils, en particulier auprès d'Harry.

Certains trouveront peut être ce premier épisode un peu mièvre par rapport aux suivants, mais, il n'empèche qu'Harry Potter A L'Ecole Des Sorciers garde une certaine fraîcheur toujours intacte, même aujourd'hui, et le film se regarde toujours avec un certain bonheur, aidé par la savoir faire de Chris Colombus, un bon scénario et des acteurs particulièrement juste, à l'instar d'Alan Rickman ou Daniel Racliffe. Bref, un très bon premier épisode qui reste toujours aussi agréable.