Réalisation : Peter Webber

Année : 2006

Genre : Suspense / Thriller

hannibal lecter, les origines du mal

L'histoire : Comment un petit garçon comme les autres est-il devenu l'un des criminels les plus fascinant qui soit ? Au travers du parcours atypique d'un adolescent meurtri, suivez la naissance du tueur cannibale Hannibal Lecter.

La Critique De Titi70 :

Suite au succès du film Dragon Rouge, le producteur Dino De Laurentiis compte bien poursuivre la saga. le romancier Thomas Harris, l'initiateur de toute la saga, lui confie vouloir se concentrer sur les origines du personnage d'Hannibal Lecter.

C'est ainsi que, Thomas Harris devra s'atteler à la fois au scénario du film, et à son roman, qui, chose rarissime, sortira un an après le long métrage.

Le but étant donc de raconter une histoire antérieur à Black Sunday, nom du premier ouvrage du romancier paru en 1975, et devenu Manhunter et Dragon Rouge au cinéma, plus question de faire appel à Anthony Hopkins, dont l'interprétation à rendu le personnage célèbre. 

Mais, trouver un comédien capable de lui succéder ne fut pas chose facile, comme l'expliquait Dino De Laurentiis à la sortie du film : " Nous recherchions avant tout une physionomie mystérieuse que nous ne trouvions pas. Nous voulions un jeune homme charmant qui soit crédible en assassin."

A la surprise général, le producteur choisit finalement l'acteur Français Gaspard Ulliel. Le réalisateur Peter Weber s'explique sur ce curieux choix : "C'était un sentiment viscéral. J'ai regardé ses essais et je me suis fait la réflexion que c'était la seule personne que je pourrais regarder pendant deux heures. Il a en lui quelque chose de très spécial. Quelque chose de très sombre."

A l'époque, ce dernier sort à peine du film de Jean Pierre Jeunet, Un Long Dimanche de Fiançailles, et se retrouve donc à incarner l'un des personnages les plus fascinant et terrifiant du 7 ème art.

Autant dire qu'il est attendu au tournant par les fans, même si dernier se veut rassurant : ""La perspective de prendre la relève d'Anthony Hopkins est terriblement excitante. J'ai beaucoup visionné les autres films pour observer ses mouvements et son interprétation, sa façon de cligner des yeux. J'ai beaucoup appris de sa performance, mais j'ai aussi réalisé que je ne devais pas m'en tenir à une imitation, qu'il me fallait garder certains détails de ses rôles et simplement les ajouter à mon personnage. J'ai été chercher le personnage au fond de moi, et je l'ai rendu différent."

Quand à l'orientation  donné à cette prequel, le réalisateur Peter Webber, déjà responsable du film La Jeune Fille A la Perle, s'en explique : "Cette histoire raconte la naissance d'un monstre, la genèse du personnage. Hannibal est donc le rôle central du film, alors qu'auparavant il n'était que secondaire. Dans Le Silence des agneaux, Lecter n'apparaît à l'écran que 18 minutes, alors qu'il sera ici au centre de 90 % des plans. Mais surtout, dans les films précédents, il était déjà un monstre. Or, personnellement, il me semblait plus intéressant de montrer comment le personnage est devenu ce monstre."

Dommage que ces propos ne transparaissent pas suffisamment à l'écran, comme le constatèrent de nombreux fans. A sa sortie, Hannibal Lecter : Les Origines Du Mal fut très mal reçu par le public et la presse, au point que le film se retrouva nominé aux  Razzie Awards 2007, la faute en grande partie à la prestation de son acteur principal, jugé caricatural et ridicule.

Au niveau du casting, outre Gaspard Ulliel, on trouve également Gong Li, Rhys Ifans, Dominic West et Kevin McKidd. L'histoire commence durant la seconde guerre mondiale, dans un village Anglais. C'est la que la famille Lecter est contrainte de fuire suite à l'arrivée des Allemands et des Russes qui les pourchassent. Malheureusement, le couple meurt dans les bombardements, laissant seul deux enfants : Hannibal et sa petite soeur Misha.

Réfugié dans une petite cabane, les orphelins sont bientôt rejoins par Vladis Grutas et sa bande, de véritables ordures profitant de la guerre pour massacrer et piller. 

Si les deux enfants parviennent à se faire oublier, le fait pour tout le monde d'être coincé dans cette endroit sans pouvoir sortir à cause des Russes provoque bientôt des conséquences tragiques. En effet, le manque de nourriture commence à se faire sentir. Vladis Grutas et sa bande ont alors recours au cannibalisme. Il faut tuer et dévorer les deux enfants. Si Hannibal parvient à s'en sortir, la jeune Misha n'y survivra pas.

Des années plus tard, devenu adolescent, il s'évade de son orphelinat et entame un grand voyage à travers plusieurs endroits du monde, dont la France ou il se rend à une adresse inscrite sur un bout de papier.

Mais, son oncle qu'il espérait retrouver est décédé. Hannibal rencontre alors la femme de ce dernier, Lady Murasaki, qui l'héberge dans le château. Ensemble, il développe une étrange relation d'amour presque fusionnel.

Mais, le jeune homme est toujours hanté par la disparition de Misha, sa petite sœur, dont il ne parvient pas à se rappeler précisément l'issue.

Malgré les conseils bienveillants de sa tutrice, Hannibal est toujours abrité par un sentiment de haine. Tout en intégrant une faculté de médecine ou il poursuit des études, il décide de retrouver Vladis Grutas et sa bande et des les éliminer, un par un, et de la manière la plus horrible qui soit.

D'un film relatant les origines d'un personnage aussi mystérieux, fascinant et dangereux, il était légitime d'attendre autre chose qu'un banal scénario de vengeance, surtout venant de la part de Thomas Harris.

Certes, on y trouve des éléments inhérent a l'univers d'Hannibal Lecter, comme le cannibalisme et le réalisateur tente un maximum de jouer la carte du glauque en nous rappelant régulièrement les circonstances, à savoir que c'est quand même une fillette de 4 ans qui s'est faite dévorer.

D'autre part, Peter Webber joue également sur les horreurs de la guerre et du nazisme en particulier, période riche en exactions de toute sorte.

En résumé, Hannibal Lecter est devenu cannibale parce qu'il à participé, sans le vouloir, au festin anthropophage de son enfance, et tueur parce qu'il à été le témoin de violence dans sa jeunesse et ne s'est jamais remis de la mort de sa sœur.  

En somme, c'est l'explication donné par le film. On conviendra que tout cela est tout de même un peu léger pour déterminer la personnalité du tueur cannibale. Quant à sa grande culture, il la tient de Lady Murasaki qui lui enseignera notamment l'art des samouraïs.

Le principal problème d'Hannibal Lecter : Les Origines Du Mal vient finalement de cette incapacité des responsables à expliquer ce qui n'était pas forcement nécessaire.

D'ou un film qui reste décevant et ne se justifie jamais, et cela, malgré le casting plutôt judicieux, notamment Gaspard Ulliel qui, s'en faire oublier Anthony Hopkins, est loin d'être aussi mauvais dans sa prestation qu'on a pu le dire.

Bref, pas un navet, mais, une prequel inutile et décevante loin de rendre justice au personnage d'Hannibal Lecter. Ceux qui veulent en savoir plus peuvent néanmoins visionner le film en integralité et en version française dans la vidéo ci dessous.