Réalisation : Hayao Miyazaki

Année : 1986

Genre : Animation / Aventure

affiche

L'histoire : Retenue prisonnière par des pirates dans un dirigeable, une jeune orpheline parvient à s'enfuire et rencontre un jeune pilote d'avion travaillant dans une cité minière. Ensemble, les deux enfants vont affronter de nombreux dangers dans une aventure mouvementé à la recherche d'une cité réputé perdue : Laputa.

La Critique De Titi70 :

Journée spécial films Ghibli aujourd'hui avec 2 long métrages du studio chroniqué. On commence avec Le Chateau Dans Le Ciel, qui reste, de son propre aveu, le film préféré d'Hayao Miyazaki.

Nous sommes en 1986 et le metteur en scène s'apprette son premier véritable long métrage pour le studio Ghibli. Une oeuvre aux multiples influences, notamment littéraires, puisque Hayao Miyazaki souhaite s'inspirer de l'oeuvre d'un de ses auteurs préférés, Jules Verne, notamment Le Voyage De Gulliver, d'ou il reprend l'idée de l'ile volant dans le ciel, évoqué dans le livre.

Une autre influence provient de sa jeunesse, puisque le metteur en scène est resté fasciné par une bande dessiné lue dans enfance parlant d'un médaillon aux pouvoirs magiques. D'ailleurs, le premier titre envisagé pour le long métrage fut Le jeune Pazu et le mystère de la pierre volante avant que le réalisateur n'opte pour Le Château Dans Le Ciel.

Enfin, Hayao Miyazaki expliqua également s'ètre inspiré de sa propre mère pour le personnage de Dora, la chef des pirates. A noter que le film, malgré sa sortie au Japon en 1986, n'arriva véritablement en France qu'en 2003 ou il fut exploité pour la première fois en salle, ceci s'expliquant par le fait que l'animation nippone en général due faire face durant des années à de nombreux préjugés et malentendus.

L'histoire est d'abord celle d'une rencontre, entre Pazu, un jeune garçon orphelin vivant dans un village de mineur, et une jeune fille, Sheeta, tombé un soir du ciel et atterrit dans les bras du garçon.

Dés lors, les deux enfants deviendront inséparables. Mais, Sheeta est la proie de nombreuses convoitises, en raison du médaillon magique qu'elle porte au cou et qui lui a été légué par sa famille.

Car, l'objet peut indiquer la direction d'une île volante dans le ciel. Une légende pour certains et une réalité pour d'autres, comme Muska, un agent secret, bien décidé à trouver cette endroit et en devenir le maître, ou Dora et sa bande, des pirates appâté par les richesses que recèleraient ce lieu.

Pazu et Sheeta vont devoir affronter de nombreux dangers, et leur amitié sera parfois mise à rude épreuve. Mais, leur voyage s'averera souvent inattendu et magique.

Autant le dire, si j'aime toutes les oeuvres réalisé par Hayao Miyazaki, j'ai une tendresse particulière pour Le Château Dans Le Ciel et pour son parfum d'aventure à l'ancienne renvoyant aux oeuvres Jules Verne.

Il est certains que, sur la forme, Miyazaki ne cherche pas à révolutionner le genre. Le Château Dans Le Ciel contient tout les ingrédients connu sans chercher en à en faire plus. On a ainsi un méchant très méchant, une pointe d'humour, beaucoup de péripéties et de bons sentiments, à l'image du lien unissant Sheeta et Pazu qu'on peut, à juste raison, assimiler à de l'amour.

Pourtant, si il y a bien une oeuvre ou la recette fonctionne parfaitement, c'est bien Le Château Dans Le Ciel qui reste un divertissement comme on en voit peu.

Un long métrage ou le réalisateur parvient à rendre immédiatement attachants et crédibles ces deux enfants, notamment Pazu, dont le père est mort dans la honte et le chagrin après avoir été traité de fou suite à ses affirmations concernant l'île volante, Laputa, et qui cherche à prouver qu'il disait vrai.

Le Château Dans Le Ciel contient la plupart des thèmes qu'Hayao Miyazaki développera par la suite, dont son amour pour l'aviation.

Au final, ce long métrage demeure toujours un véritable bonheur, un nouveau chez d'oeuvre du maître de l'animation nippone, Hayao Miyazaki.