Réalisation : Jim Abrahams

Année : 1991

Genre : Comédie

18922010

L'histoire : Le lieutenant Sean « Topper » Harley est un pilote de chasse talentueux, mais complexé par le souvenir de son père qui jadis aurait été responsable de la mort de son coéquipier lors d'une mission aérienne. Retiré du monde, il est recruté par le commandant Block et accepte de reprendre du service pour une nouvelle opération.

La Critique De Titi70 :

Il fut une époque, qui semble malheureusement lointaine et révolue, ou les comédies parodiques n'étaient pas un genre débité à la chaîne et torché par des fainéants incapables. Un temps ou les parodies n'étaient pas uniquement constitué de gags pipi/caca/scato sans imagination, et, surtout; une période ou des cinéastes cherchaient à nous faire rire.

C'était le cas du trio des Z.A.Z, soit David et Jerry Zucker, ainsi que Jim Abrahams. L'équipe se fait connaître en 1980 avec la parodie devenu culte, Y-a-t-il un pilote dans l'avion ?, puis enchaîne les films comme Top Secret, avec Val Kilmer en 1984.

A partir de la fin des années 80, le trio se séparera. Tandis que les frères Zucker iront enchaîner les deux premier Y-a-t-il, avec Leslie Nielsen, Jim Abrahams se lancera dans la réalisation en solo, avec deux comédies non parodiques, Quand les jumelles s'emmêlent et Welcome Home, Roxy Carmichael.

En 1991, il revient au genre en s'attaquant cette fois à quelques gros succès du cinéma comme Top Gun, Full Métal Jacket, Superman, Danse Avec Les Loups ou Autant En Emporte Le Vent, avec la parodie Hot Shots !

Le réalisateur engage dans le rôle principale Charlie Sheen, alors une star montante du cinéma vu notamment un an avant dans le film de Clint Eastwood, La Relève, ou il partage l'affiche avec le réalisateur.

Autour de l'acteurs, on trouve notamment Valéria Golino, Cary Elwes, Jon Cryer, Kevin Dunn, Kristy Swanson, ou encore Lloyd Bridges qui remplace Georges C. Scott, initialement prévu.

Le scénario d'Hot Shots reprend les grandes lignes du film avec Tom Cruise et Kelly Mc Gillis et tourne autour d'un pilote nommé Tooper Harley, dont le père, également dans l'aviation militaire, est mort dans ses fonctions.

Traumatisé dans son enfance par cet évènement, Topper à quitté le milieu pour commencer une nouvelle vie dans une réserve indienne. C'est la que le Commandant Block vient le chercher pour une nouvelle mission.

Tooper Harley réintègre donc l'armée ou son retour ne fait pas que des heureux, notamment Kent Gregory, un autre pilote. A travers cette aventure, Tooper va devoir surmonter sa phobie et déjouer les projets de deux industriels espérant faire capoter la mission.

Encore aujourd'hui, Hot Shots ! apparaît comme un film ou fusent des dizaines d'idées à la minutes, à tel point qu'il est impossible, à la première vision, de repérer tout les gags, tant ceux ci s'enchainent à un rythme effréné, que ce soit pas les dialogues, les scènes délirantes et parfois en même temps comme ce dans passage ou l'impayable amiral Thomas Benson nous sort des phrases insensé tandis que des soldats dansent le French Cancan en arrière plan.

Impossible de citer tout les passages parodiques du film, mais, on peut notamment parler de la fameuse scène d'amour entre Tooper Harley et la psychologue ou ce dernier fait cuire des oeufs et du lard sur le ventre de la jeune femme, ou l'enterrement qui vire à la fusillade après que des soldats ait tiré en l'air, poussant l'amiral Benson à répliquer en s'écriant : "Les Viets !!!". On peut parler aussi de ce gags lors du générique de fin ou les auteurs annoncent au spectateur que c'est finit et qu'ils doivent partir.

Tout les comédiens semblent au service de cette comédie, notamment Charlie Sheen ou Lloyd Bridges qui n'en est pas à son premier rôle farfelu dans une parodie, puisqu'il figurait déjà au générique d'Y-a-t-il un pilote dans l'avion.

Même si j'avoue préférer le second opus, réalisé deux ans plus tard, Hot Shots reste tout de même une parodie de haut niveau, une véritable poilade de la première à la dernière image et un film que je considère comme culte dans son genre.