Réalisation : Fabrice Gobert &  Frédéric Mermoud

Année : 2012

Genre : Fantastique

208_268947

L'histoire : Le quotidien tranquille des habitants d'un village de montagne est soudainement chamboulé par le retour de personnes decédés dans leurs familles. Et si c'était le début d'un bouleversement encore plus important ?

La Critique De Titi70 :

En 2004 sort le film Les Revenants, réalisé par Robin Campillo, et mettant notamment en scène Geraldine Pailhas. Le scénario de ce long métrage part d'une idée interessante, racontant le retour subit de personnes décédés dans un village, evenements qui trouble rapidement l'existance de ces habitants.

Malheureusement, ce simple postulat, le réalisateur choisit de ne pas l'exploiter, preferant disserter sur la situation en cours en filmant de longs tunnels de dialogues, et plongeant rapidement le spectateur dans l'ennui. Bref, malgré ses déclarations ou le metteur en scène cite Georges Romero ou François Truffaut comme modèle, le résultat ressemble bien plus à un téléfilm de France 3.

Autant dire que l'annonce d'une nouvelle version des Revenants huit ans après le long métrage de Robin Campillo procure autant d'envie que d'inquietude. Votre interlocuteur ayant subit la version de 2004 faisait partie des personnes sceptiques, mais aussi pleine d'espoir devant un concept qui ne demandait qu'a ètre exploité.

L'histoire est cette fois developpé sous forme de série, produit par la chaine Canal + et ne comporte aucun des participants au long métrage. D'ailleurs, les deux oeuvres, au dela de leurs points de départ et du titre commun, n'ont rien à voir.

Fabrice Gobert, réalisateur deux ans plus tot du film Simon Werner A Disparu...,  est en charge de cette nouvelle version, dont il assure la mise en scène en altenance avec Frédéric Mermoud, réalisateur d'origine suisse. Au passage, on remarquera également au générique la participation de la cinéaste Céline Sciama, en tant que co-scénariste.

Niveau casting, aucune tète connu, mais, des comédiens solides, notamment Anne Caillon, Ana Girardot, qui n'entretient aucun rapport avec Annie Girardot,Yara Pilartz, Clémence Dollé, Guillaume Gouix, Pierre Perrier ou Jenna Tiam.

Comme son modèle, le scénario de cette relecture prend comme point de départ le retour de personnes décédés des années après, dans un petit village de montagne. Mais, contrairement à Robin Campillo, Fabrice Gobert se sert de cet evenements pour mettre en place un véritable univers, appuyé par une ambiance étrange et des personnages fort.

Parmi les revenants, il y a d'abord Camille Séguret, jeune adolescente de quinze ans morte dans un accident, son bus ayant soudainement dévié de la route pour finir dans un ravin. La jeune fille remonte donc dix ans après du fossé et retourne chez elle, ignorant qu'elle est décédé et que les choses ont beaucoup changé dans sa famille. Ses parents ont finit par se séparer après que le père ait plongé dans l'alcoolisme, et sa mère ayant partiellement refait sa vie avec Pierre Tissier, le responsable d'un centre associatif baptisé La Main Tendue.

Evidemment, son retour va totalement bouleverser sa famille, notamment sa soeur jumelle, Lena, agée de dix-neuf ans. Ils ne sont pas les seuls à voir leur vie troublée, c'est aussi le cas d'Adèle Werther, mère d'une petite fille baptisé Chloé. Le jour de son mariage, la jeune femme apprend la mort soudaine de celui qui devait ètre son futur époux, Simon, qui est aussi le père biologique de la gamine.

Son retour, dix ans après une mort quelque peu mysterieuse, enchante dans un premier temps Adèle, qui le prend pour un fantôme, avant que la jeune femme ne réalise le véritable enjeu de cette renaissance. Mais, la réapparition de Simon n'enchante absolument pas Thomas, capitaine de la gendarmerie locale et accessoirement, nouveau compagnon d'Adèle, qui perçoit immediatement le jeune homme comme une menace à éliminer rapidement, ce dernier ressurgissant au moment ou Thomas s'apprette à épouser la jeune femme.

Il y a aussi Julie Meyer, jeune medecin qui vit seule dans un appartement jusqu'au moment ou elle croise un petit garçon qu'elle baptise Victor. Dans un premier temps, l'enfant ne parle pas et personne ne semble savoir d'ou il vient. Mais, ce qui rapidement certain, c'est que ce gamin, en apparence innofensif, possède un pouvoir qui rapidement s'averer terrifiant.

Durant cette première saison, les responsables ménagent de nombreux rebondissements. Precisons d'abord que chaques épisodes commence par un retour vers le passé, et centré sur un personnage donnant son titre à l'épisode, ceci à l'exception du dernier.

La série traite également des liens entre Serge, patron du bar Le Like Pub, et de son frère, Toni, psychopathe notoire, dont une des victimes, Lucy Clarsène, se fera massacrer dans le premier épisode avant de miraculeusement s'en sortir pour devenir la porte parole des revenants grace à ses dons de médium.

Beaucoup ont comparé Les Revenants à Twin Peaks, la série culte des années 80 signé David Lynch. Si il est certain que les responsables du programme chapeauté par Canal + ne vont pas aussi loin dans le coté bizarre, et que la série demeure beaucoup plus sage et consensuelle, Fabrice Gobert parvient tout de mème à s'en rapprocher, le village ou se passe l'action étant montré comme un endroit miné par les secrets, un lieu ou s'installe une terreur qui se referme progressivement sur les habitants, qui se retrouvent completement coupé du monde, la seule route pour quitter l'endroit devenant soudainement une impasse ramenant les conducteurs au point de départ.

Mais, le plus grand mérite des responsable de cette série est d'ètre finalement parvenu à creer une oeuvre qui ne ressemble à aucune autre, tout en étant plongé dans des racines purement française, comme le montre le rythme, emprunt de poésie et de mystère, les personnages et le lieu de l'action.

D'une certaine manière et par son rythme, Fabrice Gobert et son équipe renvoit, avec leur série, à tout un pan de la culture fantastique télévisuelle et cinématrographique des années 60, je pense notamment à La Poupée Sanglante, feuilleton de l'époque que j'avais découvert par hasard quand j'etait gamin lors d'une rediffusion, ou Les Yeux Sans Visage de Georges Franju.

Des oeuvres ou les auteurs prenaient le temps de poser les personnages et l'histoire, preferant instaurer une ambiance calme et menacante, et en dosant leurs effets, afin de mieux accrocher le spectateur. 

Cette version possède quelques défaut, comme des pistes lancé avant d'ètre finalement abandonné. Je pense, notamment, à la marque dans le dos de Léna dont l'origine rèste mysterieuse et qui ne sera plus évoqué passé deux épisodes. C'est d'ailleurs une des constantes de cette série, multiplier les questions dont beaucoup resteront sans réponses. A moins que la saison 2, actuellement en tournage, en apporte, mais, j'en doute.

Les Revenants rèste tout de mème une série fantastique reussi, pour ma part, j'aurais mème tendence à que cette saison 1 démontre à quel point il est possible de faire du genre chez nous, tout en affirmant une identité bien francophone.