Réalisation : Kristian Levring

Année : 2014

Genre : Western

286303

L'histoire : Après la mort de sa femme et de son fils, un homme décide d'éliminer les responsables. Mais, cette acte de vengeance va l'amener à éliminer le frère d'un puissant truand, ce que ce dernier ne va guère apprécier. Dés lors, une sanglante vendetta se met en place.

La Critique De Titi70 :

On connaissait les westerns Américain, Italien ou même Japonais, voici que nous arrive avec The Salvation, le premier western Danois. Il s'agit plus précisément d'une co production entre le Royaume Unis, le Danemark et l'Afrique Du Sud.

C'est d'ailleurs en Angleterre que travaille le réalisateur Danois d'origine, Kristen Levring. Metteur en scène de télévision et de cinéma, l'homme est un grand camarade du cinéaste Lars von Trier, avec qui il fonde notamment le manifeste du Dogme 95, un mouvement cinématographique en réaction aux grosses productions Américaines pleine d'éffets speciaux, et qui se propose d'en prendre le contre pieds avec des long métrages tourné à faible budget et dans des conditions presque amateutistes.

En 2013, Kristen Levring décide de réaliser une oeuvre hommage aux westerns d'antan, en particulier ceux de Sergio Leone dont le réalisateur est un grand amoureux, tout en y apportant une vision et une sensibilité differente.

Le metteur en scène choisit de réunir un savant mélange de techniciens et comédiens Anglais, Danois et Français, ou à d'ailleurs vécu le metteur en scène durant quelques années. On y trouve, notamment, Mads Mikkelsen, Vera Green, Jonathan Pryce, Douglas Henshall, Eric Cantona, Mikael Persbrandt, Jeffrey Dean Morgan et Michael Raymond James.  

L'histoire est relativement simple, et se déroule en 1811, en Amérique. Après sept années durant lesquelles il est parvenu à acquérir de la richesse, John peut enfin retrouver sa femme et son fils qui viennent le rejoindre. Mais, le voyage qui les emmènent à leur nouvelle demeure est perturbé par la présence quelque peu malsaine de deux hommes avec qui ils sont contraint de partager la calèche.

Au cours de la nuit, les types, bien alcoolisés, tentent de s'en prendre à la femme de John. Ce dernier réagit et finit par se faire éjecter du véhicule. Au bout de quelques mètres, il découvre dans les broussailles le cadavre de son épouse et de son fils. Sous le coup de la colère, il retrouve rapidement les deux types et les abats froidement.

Lorsque le jour de lève, pendant que John enterre ceux qu'il était si content de retrouver quelques heures plus tot, à quelques mètres de la, dans un village isolée, Delarue, un tyran ayant asservit les habitants du coin, vient se recueillir sur le cadavre de son frère avant de réclamer vengeance.

Avec The Salvation, Kristen Levring choisit de délaisser toute tentative réaliste et signe un western emplit de références, se déroulant dans une sorte d'Ouest fantasmé, peuplé de personnages qu'on dirait parfois sortit d'un manga, comme cette femme joué par Vera Green, dont la langue à été coupée par les indiens et qui arbore une énorme cicatrice au coin de la lèvre.  

Le réalisateur peut indéniablement compter sur le charisme de son acteur principale, Mads Mikkelsen, qui s'avère, comme toujours, impériale dans le rôle du vengeur. 

On en dira pas autant de certains autres acteurs, notamment un Eric Cantona en homme de main qui semble se demander durant tout le film ce qu'il fait. Heureusement, certains comédiens, comme Mikael Persbrandt, rattrape le coup, l'acteur semble même taillé pour ce genre de films.

Si il ne restera pas comme un summum du genre, la faute à de nombreux maladresses, notamment un manque de profondeur des personnages, ou un discours "genre tous pourrit" quelque peu maladroit, The Salvation ravira malgré tout les amoureux du Western, un genre qui se fait de plus en plus rare malgré quelques tentatives.