Réalisation : David Fincher

Année : 2014

Genre : Suspense / Thriller

gone girl

L'histoire : Alors que Nick Dunne et sa femme Amy s'aprettent à fêter leurs cinq ans de mariage, cette dernière disparaît subitement alors que son époux s'était absenté. Rapidement, la machine médiatique et judiciaire se met en marche, et Nick se retrouve plongé dans un cauchemar dont il est loin de soupçonner l'issue.

La Critique De Titi70 :

En 2012, la romancière et scénariste Américaine Gillian Flynn sort son troisième roman, Gone Girl, sortit chez nous sous le titre Les Apparences. L'ouvrage obtient rapidement un immense succès, aussi bien dans son pays d'origine qu'en France, ou il classe en tète des ventes durant plusieurs semaines. Gillian Flynn dépeint, avec ce livre, sa vision de l'intimité d'un couple d'Américains moyens.

Au milieu du concert de louange entourant la sortie du bouquin, certains critiques commencent à reprocher à l'auteur une vision quelque peu misogyne, en raison de description peu flatteuses entourant ses personnages féminin. Ce à quoi Gillian Flynn leur répondra que quand ce sont des hommes qui créé des personnages masculin malfaisant, on appelle cela des antihéros :  « J'ai passé 24 heures à hésiter et à me dire “j'ai tué le féminisme. Pourquoi ai-je fait ça ? Zut ! C'est pas ce que je voulais.” Et puis très vite je me suis sentie très à l'aise avec ce que j'avais écrit. »

Évidemment, Il était inévitable que le succès du bouquin n'entraîne une adaptation pour le cinéma. Et c'est finalement David Fincher, dont le projet d'adaptation d'une nouvelle version du roman de Jules Verne, Vingt Mille Lieux Sous Les Mers, vient d'être annulé, qui réalise cette adaptation.  

Dés le départ, le réalisateur choisit d'impliquer activement Gillian Flynn dans le projet, c'est d'ailleurs elle qui s'occupera du scénario, n'hésitant à modifier la fin de son histoire par rapport au roman d'origine, ceci afin de mieux surprendre ceux connaissant le bouquin.

Au niveau du casting, si Ben Affleck est rapidement contacté et accepte tout aussi vite, le choix de sa partenaire féminine s'avère plus complexe. Ce sont d'abord Natalie Portman ou Charlize Theron qui finissent par refuser, puis les noms d'Abbie Cornish ou Olivia Wilde sont évoqués. Quand à Reese Witherspoon, la comédienne finit par abandonner le projet en tant que comédienne, mais, reste comme productrice.

C'est finalement Rosamund Pike qui écope finalement du rôle. La comédienne, qui à notamment débuté au cinéma en 1998 dans le film Meurs Un Autre Jour, a, depuis, fait son chemin à Hollywood. On a pu la voir, entre autre, dans Le Dernier Pub Avant La Fin Du Monde ou encore  .

La comédienne incarne ici Amy Elliot Dune, une jeune Américaine qui accepte, par amour pour son mari, Nicolas, surnommé Nick, de quitter la ville de Manhattan ou elle a grandit, pour s'installer dans le Missouri, dans la ville natale de son époux, la mère de ce dernier étant malade.

Le jour de leur cinquième anniversaire de mariage, Nick quitte la maison tôt le matin pour laisser son épouse préparer une chasse au trésor, petit jeu amoureux rituel entre eux. Mais, lorsqu'il rentre, la maison est en désordre et surtout, elle est vide.

Très inquiet, Nick appelle immédiatement la police qui prend rapidement l'affaire au sérieux. Tandis que l'enquête commence, Nick et ses beaux parents organisent des réunions dans le but de mobiliser un maximum de personnes pouvant rechercher Amy.

Pourtant, rapidement, l'inspecteur Rhonda Boney, en charge de l'enquête, trouve des indices qui semblent de plus en plus incriminer l'époux. Lorsque les médias s'emparent de l'affaire et que les révélations sur la vie du couple se multiplient, Nick devient alors l'ennemi public numéro 1, tout le monde étant persuadé qu'il a tué sa femme. Mais, la vérité est peut être encore plus cruelle.

Sans rien dévoiler d'une intrigue riche en rebondissements, précisons que Gone Girl a été définit dés le départ, par ses responsables, comme une satire du mariage et des médias. Et c'est exactement ce que nous offre David Fincher avec cette adaptation démontrant, dans sa première partie, comment un individu lambda se retrouve au sein d'un cauchemar qui le dépasse. On pense inévitablement a cette frénésie d'information causé par les nouvelles technologies, un emballement, aussi bien des particuliers que des médias, capable de détruire en quelques minutes la vie d'un homme.

Le personnage de Nick Dune va devoir faire face à certaines accusations totalement hors de propos, comme ce lien fraternelle entre sa soeur jumelle et lui, que des journalistes vont rapidement tenter de transformer en rapport incestueux.

Lorsqu’arrivent la seconde partie, dévoilant une partie de la vérité, certains seront sans doute surpris par le rebondissement, malheureusement, ce ne fut pas mon cas.

Avant d'expliquer pourquoi je n'ai pas totalement adhéré à la mécanique du film, je précise que cela implique de dévoiler quelque peu l'intrigue. Ceux qui veulent garder l'éffet de surprise sont donc prié d'aller un peu plus loin dans l'article.

Que les choses soient clairs : Pour moi, le comportement de Ben Affleck est en totale opposition avec le comportement d'un meurtrier. Un type ayant tué sa femme essayerait de cacher son crime et ne laisserait pas des indices aussi visibles, ou alors, il est complètement idiot.

Le personnage incarné par Ben Affleck se pose dés le début, par son comportement passif et naïf, comme une victime et non un assassin. Une personne à la capacité intellectuelle suffisamment faible pour ne pas se douter que faire un sourire à coté de la photo de sa femme va être un geste mal perçu. Le mystère est donc rapidement éventé sur sa culpabilité ou non. Ensuite, sa femme apparaît rapidement, dans les séquences de souvenirs, comme une personne au tempérament assez singulier. Le fait qu'elle ait planifié toute cette histoire m'a donc rapidement traversé l'esprit, et ce bien avant que ce ne soit véritablement dévoilé.

On touche alors du doigt le principal problème du long métrage de David Fincher, à savoir un manque flagrant de dosage, atténuant grandement la crédibilité du film. Je m'explique : Dans la première partie, Nick Dunne est, comme je l'ai dit, beaucoup trop passif pour être autre chose qu'une victime.  Quant à son épouse, Amy, c'est l'inverse et le portrait de mégère dressé par la film parait crédible jusqu'a ce qu'elle se transforme en furie et tue l'un de ses anciens amants. Par cette scène, totalement inutile au passage, David Fincher ôte tout crédibilité au personnage et en fait une sorte de psychopathe basique pouvant sortir de n'importe quel film d'horreur, et très éloigné de la réalité. Avec le personnage d'Amy, on est dans l'exagération totale, élément renforcé par le jeu peu crédible de Rosamund Pike. Quant à Ben Affleck, il a l'air endormi pendant une bonne partie du long métrage.

Reste, heureusement, une charge intéressante contre l'institution du mariage, sous couvert d'un ton très noir plutôt réjouissant, sans oublier le savoir faire de David Fincher. Bref, un film qui se suit plutôt bien, mais, qui, traité avec un peu plus de finesse, aurait pu donner une oeuvre beaucoup plus intéressante.