Réalisation : Bryan Bertino

Année : 2014

Genre : Horreur

009964

L'histoire : Au cours d'une soirée orageuse, plusieurs personnes, dont un couple, qui ne se connaissent pas reçoivent un étrange colis contenant une caméra. Plus tard, ils reçoivent des instructions précises parmi lequelles celle de ne surtout jamais arreter de filmer. Le début d'un jeu qui va se reveler de plus en plus macabre et éprouvant pour tout les participants.

La Critique De Titi70 :

En 2008, le réalisateur Bryan Bertino se fait remarquer des amateurs de péloches horrifiques grâce à son premier long métrage, The Strangers, ou ils dirigent notamment Liv Tyler et Scott Speedman.

Pourtant, malgré ce premier essais salué par la critique de l'époque, le metteur en scène n'avait plus fait parler de lui par la suite, se contentant notamment de produire les travaux des copains.

Ce n'est donc que six ans plus tard qu'on retrouve Bryan Bertino à la tète d'un nouveau long métrage, sous la tutelle de célèbre mogul Jason Blum.

Pourtant, à sa sortie, Mockingbird, le nouvel opus du réalisateur, ne rencontrera guère le succès en salle dans son pays au point d'atterir chez nous directement dans les bacs DVD et Blu/Ray, ou une sortie est prévu dans le courant de ce mois d'avril 2015.

Autant le dire : le visionnage du film suffit à comprendre que Mockingbird n'a rien d'un chez d'oeuvre incompris, à vrai dire, si son sort peut paraître injuste, il n'en est pas moins mérité.

Vous rêviez de voir un Saw à la sauce found footage ? C'est, en gros, ce que vous propose le réalisateur avec son nouveau long métrage, même si le scénario de Mockingbird n'est pas aussi tordu que celui du long métrage de James Wan, et que Bryan Bertino n'offre aucune véritable conclusion à son histoire, laissant beaucoup de questions en suspens.

Reste que le thème de la manipulation est bien présent puisque le film nous conte l'histoire de plusieurs personnes recevant un étrange paquet posé devant leurs portes un soir d'orage.

Il y a un couple vivant avec leurs deux fillettes, une étudiante séparée de son compagnon, et un type un peu looser qui vit avec sa mère à qui il doit du pognon.  

Ils ne se connaissent pas et, pourtant, vont se retrouver obligé de participer à un jeu ou leurs nerfs vont être mis à rude épreuve.

La séquence pré-générique du film à le mérite d'intriguer puisqu'on y voit un gamin froidement abattu face caméra après que ce dernier ait juré qu'il n'avait pas cessé de filmer. Une séquence choc, sorte de mise en bouche, qui promet beaucoup pour la suite.

Malheureusement, le reste du long métrage ne se hissera jamais à la hauteur de cette scène et plus le film avance, moins on parvient à accrocher à des personnages totalement transparents. Je pense notamment à ce couple dont les réactions se limitent à des hurlements ou la jeune fille qui se cloître chez elle.

Les acteurs ne sont pourtant pas mauvais et on peut éventuellement trouver intéressant ce type n'ayant jamais véritablement prit de risque dans sa vie et qui va profiter de ce jeu à fond dans l'éspoir que ça débouche sur un changement.

Mockingbird n'est pas un navet et certains passages ou scènes sont particulièrement réussi, j'ai déjà parlé de la scène d'ouverture rappelant les vidéos de , mais, je pourrais parler aussi de la dernière partie du film, particulièrement bien travaillé en terme d'ambiance, ou du choix judicieux d'utiliser surtout de la musique classique, comme la célèbre Symphonie Fantastique de Berlioz, qui ouvrait déja la première séquence du Shining de Stanley Kubrick.

Malgré tout,  ce qui se dégage surtout du second long métrage de Bryan Bertino, c'est une grosse impression de déja vu, car, finalement, le plus gros défaut de ce film, c'est son traitement déjà mille fois utilisé et une très bonne idée de départ qui ne débouche malheureusement sur rien.

Au final, Mockingbird est un film qui se laisse voir, mais, manque cruellement d'originalité et n'apporte finalement rien de plus à un genre qui compte déja beaucoup trop de représentants.  Bref, un petit navet innofensif